Atteintes à la laïcité : "On sait qu'il y a des difficultés" en primaire, selon Ismaïl Ferhat

, modifié à
  • A
  • A
Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer tient mardi un séminaire sur les atteintes à la laïcité à l’école. 6:20
Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer tient mardi un séminaire sur les atteintes à la laïcité à l’école. © Europe 1
Partagez sur :
Pour Ismaïl Ferhat, maître de conférences et membre de l’Observatoire de l’éducation de la fondation Jean Jaurès, les problèmes de violences scolaires sont "difficiles à repérer" dans le premier degré, affirme-t-il sur Europe 1 alors que Jean-Michel Blanquer tient un point sur la laïcité, mardi.
INTERVIEW

Le primaire, angle mort des problèmes d'atteinte à la laïcité dans l'enseignement ? C'est l'avis de Ismaïl Ferhat​, membre de l’Observatoire de l’éducation de la fondation Jean-Jaurès et maître de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne, en Picardie. Alors que le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer​ ​ouvre un séminaire des coordonnateurs des équipes académiques sur la laïcité à l’école, mardi, le spécialiste s'est attardé sur cette question au micro Europe 1 de Matthieu Belliard.

Pas d'enquête ministérielle consacrée

"C'est un problème récurrent : pour le premier degré, on a du mal à mesurer les difficultés qui existent", affirme l'auteur des Foulards de la discorde. Retours sur l'affaire de Creil 1989 (éditions de l'Aube). "L'enquête ministérielle annuelle sur les violences scolaires (Civis) se fait pour le second degré et on a du mal à mesurer le niveau de violences qui existe dans le premier degré."

Pour autant, avance-t-il, "on sait qu'il y a des difficultés" : "Le fait qu'il y ait des problèmes de laïcité en école primaire est probable, mais on a plus de mal à le repérer." Et selon lui, cela s'explique par le fait qu'il n'y ait "pas de chefs d'établissement dans le premier degré, donc la remontée se fait moins" auprès des services de l'Éducation nationale.

Une réponse plus ferme des autorités

Cela concerne aussi les écoles hors contrat, qui accueillent "moins de 1% des élèves". "Il reste extrêmement minoritaire mais comme il n'est pas régulé de la même manière que le secteur public ou le privé sous contrat, le hors contrat peut avoir des traditions cultuelles ou religieuses beaucoup plus dures", évoque le spécialiste de la question.

Face à ces données difficiles à quantifier, auxquelles s'ajoute une frontière ténue entre problèmes de laïcité scolaire et ceux de violences scolaires, la réponse des autorités semble s'affermir. Ismaïl Ferhat prend l'exemple des dispenses de complaisance à la piscine : "Pendant très longtemps, c'était accepté, on savait qu'une partie des élèves étaient dispensées de piscine pour des raisons plus ou moins acceptables objectivement, parfois pour des raisons religieuses", raconte-t-il. "Aujourd'hui, on voit que le ministère durcit le ton en disant qu'il n'est pas normal que des jeunes filles n'aillent pas à la piscine pour des raisons confessionnelles ou culturelles."

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec