Laetitia, 23 ans, a rebondi après avoir raté sa première année de médecine : "J'ai compris que j'avais le droit d'échouer"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Après le Bac, Laetitia a tenté de passer la première année de médecine, sans succès. Un échec qu'elle a su dépasser pour mieux grandir, confie-t-elle mardi au micro d'Olivier Delacroix sur Europe 1. 

Après le lycée, Laetitia, aujourd'hui 23 ans, décide de passer la PACES, la première année de médecine, car elle rêve de travailler dans le domaine de la santé. Pression, travail, angoisse… cette année d'étude se déroule très mal et elle est échoue à être admise en deuxième année. D'abord minée, la jeune étudiante réussit pourtant à reprendre le dessus. Mardi, au micro d'Olivier Delacroix, sur Europe 1, elle raconte comment elle a tiré les conclusions de son échec pour mieux le dépasser.

"J'ai passé ma scolarité dans un lycée privé. Mes parents m'avaient inscrit dans cet établissement parce que leurs exigences étaient particulièrement élevées. Ils voulaient que j'ai de bonnes notes et que j'accède à des études prestigieuses. Depuis toujours je veux travailler dans le domaine de la santé.

Mais pourtant j'avais des difficultés scolaires et certains professeurs ne me soutenaient pas notamment dans mes projets professionnels. Certains me disaient qu'avec mes résultats je n'arriverai pas à travailler dans ce domaine et qu'il fallait que je réfléchisse à une autre voix.

Mais Laetitia tente quand même le coup et s'inscrit en première année de PACES...

Cette année s'est très mal déroulée. Je savais que je voulais la faire mais c'était une année très difficile. Je ressentais le poids des paroles de ces professeurs. Je me mettais aussi la pression car je savais qu'il n'y avait que 15 % de réussite par an, c'était beaucoup d'angoisse, beaucoup de travail. 

J'ai échoué et je l'ai mal vécu. C'était la première fois dans ma vie où je rencontrais un réel échec. Ça a beaucoup impacté ma confiance en moi car c'était un projet professionnel qui me tenait à cœur depuis longtemps. J'ai compris aussi que mes parents étaient un peu déçus.

>> De 15h à 16h, partagez vos expériences de vie avec Olivier Delacroix et Eve Roger sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Pour autant, la jeune femme se relève et retente la PACES dans une optique différente...

Après cette première PACES que j'avais raté, j'ai travaillé dans un restaurant pendant l'été et j'ai rencontré des personnes qui venaient d'horizons différents, qui s'étaient réorientés plusieurs fois dans leurs études et qui étaient épanouies. J'ai aussi rencontré une personne qui n'avait pas passé son Bac du tout et qui depuis plusieurs années se débrouillait pourtant très bien.

Ces personnes étaient très heureuses dans leur vie malgré des parcours différents. Ça m'a ouvert les yeux sur un autre mode de fonctionnement que celui qu'on m'avait mis en tête. J'ai compris que j'avais le droit d'échouer, que l'on pouvait ne pas avoir un parcours linéaire. J'ai compris aussi que ce que je pensais être un échec n'en n'était pas forcément un car j'avais enregistré énormément de connaissances. Ça m'a aussi beaucoup appris sur moi même, ça m'a poussé à être davantage persévérante et à me dire que même si le chemin n'est pas droit j'arriverai à atteindre mes objectifs d'une façon ou d'une autre. Et d'ailleurs aujourd'hui j'ai avancé, je suis en deuxième année d'étude de kinésithérapie." 

Europe 1
Par Clémence Olivier