"La Marche du Siècle" : "Ce lobby citoyen va faire que, d'un problème, on arrive à la solution"

, modifié à
  • A
  • A
Une nouvelle marche pour le climat est prévue samedi en France, au lendemain de la manifestation des jeunes. © AFP
Partagez sur :

Alors que des manifestations sont prévues dans toute la France samedi, l'organisatrice de la marche de pour le climat de Saint-Malo a confié son optimisme à Europe 1. 

Des dizaines de milliers de manifestants sont attendus ce samedi en France lors de "la Marche du Siècle", pour exiger "des réponses à la hauteur de l'enjeu" que représente le changement climatique et la perte de biodiversité. Près de 200 événements sont répertoriés par le collectif Citoyens pour le climat samedi, journée qui sera aussi marquée par une mobilisation cruciale des "gilets jaunes" au lendemain de la fin officielle du grand débat.

Près de 40.000 jeunes à Paris vendredi. Environ 140 organisations, de Greenpeace France à la Fondation Nicolas Hulot, en passant par SOS Racisme, Ni putes ni soumises et Alternatiba, ont appelé à descendre dans la rue, estimant qu'il est "temps de changer de système industriel, politique et économique, pour protéger l'environnement, la société et les individus". Les jeunes ont ouvert le bal vendredi, répondant en masse à l'appel de la jeune suédoise Greta Thunberg. Ils étaient entre 29.000 et 40.000 à Paris, 168.000 en tout à travers la France, selon l'organisation Youth for climate.

Il y a quelques mois, Vanessa Taillander, ancienne professeure de 42 ans, en recherche d'emploi aujourd'hui, a lancé la première marche pour le climat à Saint Malo. Il n'y avait alors que quelques dizaines de personnes. Elle en attend 1.000 pour la manifestation de samedi. La mobilisation grandit et les préoccupations écologiques font leur chemin dans les esprits, explique-t-elle. 

Des initiatives citoyennes. "Moi, je n'avais aucun support, aucune aide, donc j'ai vraiment dû faire avec trois bouts de ficelles", se souvient la militante. Désormais, "beaucoup de choses s'organisent, on a des initiatives citoyennes locales dans un territoire à la fois littoral et rural. Beaucoup sont dans la première phase : d'accord, il y a vraiment un problème ; comment, dans ma vie de tous les jours, est ce que je peux faire ? Où sont les solutions ? Nous on nous dit : 'ne prenez pas votre voiture'. Mais quelles sont les solutions? On n'a pas de solution", poursuit-elle.

"Moi j'habite à 30 kilomètres de la plus grande ville, l'année dernière on m'a envoyée à 100 kilomètres de chez moi, comment est-ce que je peux faire?", détaille Vanessa Taillandier. "Je pense que ce lobby citoyen, à force, va faire que, justement, d'un problème, on arrive à la solution. On a différents axes, mais finalement, au bout du compte c'est toujours pour la planète", conclut-elle.  

Réduire les émissions de CO2 de 50% d'ici à 2030. Les manifestants s'appuient sur les avertissements lancés par les scientifiques pour demander aux responsables politiques et économiques des actions plus radicales en faveur du climat et de la faune et flore sauvages. Le récent rapport des scientifiques du Giec souligne qu'il faudrait, pour rester sous +1,5°C, réduire les émissions de CO2 de près de 50% d'ici à 2030 par rapport à 2010.