La justice rejette la deuxième demande de liberté de Patrick Balkany

, modifié à
  • A
  • A
© STRINGER / AFP
Partagez sur :
La cour d'appel de Paris a ordonné mercredi le maintien en détention du maire de Levallois-Perret, emprisonné depuis plusieurs semaines notamment pour corruption et blanchiment de fraude fiscale. 

La cour d'appel de Paris a rejeté mercredi la deuxième demande de mise en liberté du maire LR de Levallois-Perret Patrick Balkany, qui était toujours incarcéré faute d'avoir pu réunir le montant de la caution fixée après l'acceptation de sa première demande de libération. "Le maintien en détention de Patrick Balkany est ordonné", a indiqué le président, sans expliquer les motivations de la cour. Le baron des Hauts-de-Seine, qui a refusé d'être extrait de sa cellule de la maison d'arrêt de la Santé, n'était pas présent au délibéré. Il a jugé la demande du maire "recevable" sur la forme mais "non fondée".

L'élu de 71 ans, qui a refusé d'être extrait de sa cellule de la maison d'arrêt de la Santé, n'était pas présent au délibéré. L'un de ses avocats, Antoine Vey, n'a pas commenté la décision, expliquant que la défense allait avant toute chose "analyser les termes de l'arrêt" et "les comprendre".

"Obligé de rester au trou"

Patrick Balkany est incarcéré à la maison d'arrêt parisienne de la Santé depuis deux mois exactement, après sa première condamnation pour fraude fiscale le 13 septembre. La cour d'appel avait fait droit à sa première demande de mise en liberté, consécutive à sa condamnation à quatre ans de prison pour fraude fiscale avec incarcération immédiate et dix ans d'inéligibilité. Elle avait toutefois assorti sa libération d'un contrôle judiciaire sévère et du paiement préalable d'une caution de 500.000 euros.

A l'audience concernant sa deuxième demande de mise en liberté, Patrick Balkany avait expliqué qu'il craignait d'être "obligé de rester au trou" jusqu'à son premier procès en appel (fixé au 11 décembre), ne parvenant pas à réunir la caution de 500.000 euros exigée.Mais même si l'édile était parvenu à rassembler cette somme, il ne serait pas sorti de sa cellule de la Santé, du fait du rejet de sa deuxième demande.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP