"J’ai mis la moitié de ma retraite dans la cagnotte pour Patrick Balkany", témoigne un habitant de Levallois

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La cour d’appel de Paris doit se prononcer, ce mercredi, sur l’autorisation de sortie de prison de Patrick Balkany, deux mois après son incarcération pour blanchiment de fraude fiscale. Mais il faudra quand même régler une caution de 500.000 euros. Une cagnotte a d’ailleurs été lancée par les habitants de Levallois. Et elle divise. 
REPORTAGE

Deux mois après la condamnation de Patrick Balkany à cinq ans de prison ferme pour blanchiment de fraude fiscale, la cour d'appel de Paris examine ce mercredi la deuxième demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret. Problème, même si la justice l'autorise à sortir l'élu LR devra régler sa caution, élevée à 500.000 euros. Des Levalloisiens, émus par la situation financière du couple Balkany, ont lancé une cagnotte pour les aider à réunir la somme. Or, 10% seulement de la somme a été récoltée. 

Un flop qui révolte Hicham : "ça me scandalise qu'il n'y ait pas plus. J'ai donné la moitié de ma retraite : 500 euros !" Même son de cloche pour Catherine. "C'est de l'acharnement politique, c'est tout ! Moi j'ai envie qu'il sorte, c'est un très bon maire, il fait énormément pour les personnes âgées, pour les enfants pour les familles", témoigne cette habitante de Levallois depuis 20 ans.

Isabelle Balkany pessimiste

Mais tous les habitants sont loin de partager le même avis. Sophie estime qu'il y des causes bien plus utiles auxquelles donner, alors qu'Antoine trouve l'initiative de la cagnotte ahurissante et scandaleuse. "C'est quelqu'un qui a fraudé, point final. Et il a fait ça avec l'argent des Levalloisiens, je trouve ça honteux de donner de l'argent à quelqu'un qui a fraudé", explique-t-il. 

Même la principale concernée, Isabelle Balkany, se montre pessimiste : "Je suis quelqu'un de pragmatique, j'ai atteint un âge où on ne fait plus beaucoup de rêves, alors je suis preneuse de toute solution...", se désespère la maire de Levallois-Perret. 

Le 13 septembre dernier, Patrick Balkany a été condamné à cinq ans de prison pour blanchiment de fraude fiscale, sa femme à trois ans de prison, les époux ont également été condamnés à dix ans d'inéligibilité. 

Europe 1
Par Pauline Jacot, édité par Thomas Vichard