"J'ai eu un flashback" : une femme perd les eaux pour la deuxième fois dans le même train

, modifié à
  • A
  • A
Le contrôleur était déjà venu en aide à la mère de famille il y a deux ans (photo d'illustration). 1:16
Le contrôleur était déjà venu en aide à la mère de famille il y a deux ans (photo d'illustration). © Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :
Une femme de 27 ans, enceinte de son deuxième enfant, a perdu les eaux dans un TER alors qu'elle voyageait dans l'Yonne, mardi. Un événement d'autant plus rare qu'il lui arrive pour la deuxième fois : il y a deux ans, elle avait vécu le même début d'accouchement… avec le même contrôleur ! 
TÉMOIGNAGE

"Au début, je l'ai questionnée pour savoir si les contractions étaient rapprochées, si elle avait mal, si elle était à terme", témoigne Brice Lanvin, contrôleur SNCF. Mardi après-midi, une femme a commencé à accoucher dans son TER, quelques minutes avant la gare de Sens, de l'Yonne. Un événement rare, auquel le contrôleur a peiné à croire : il y a deux ans, il avait connu le même scénario, dans le même train… Et avec la même mère de famille. 

"D'un seul coup elle m'a dit : 'Je crois que je suis en train de perdre les eaux'", poursuit le contrôleur. "J'ai eu un flashback de deux ans, je me suis dit : 'rebelote'. Et puis, en regardant bien son visage, je lui ai dit : 'Mais vous avez déjà vécu cette situation là dans un train ?' Et elle m'a dit : 'Oui, il y a deux ans. Les pompiers étaient venus me chercher en gare de Montereau'."

"Ce n'est pas possible, c'est une blague"

À l'époque, la jeune femme avait accouché de son premier enfant. "Je lui ai dit : 'Je me rappelle bien, puisque c'était déjà moi le contrôleur qui avait fait appel aux pompiers, c'était une petite fille'. Elle m'a dit : 'Ce n''est pas possible, c'est une blague'. J'ai tiré un peu mon masque, pour lui faire voir mon visage et elle m'a dit : 'Ah oui, c'était bien vous !'"

Cette fois-ci, l'enfant de la jeune femme de 27 ans est un garçon. "C'est le Samu qui est arrivé en premier, le médecin du Samu était un peu surpris et m'a dit : 'Mais ce n'est pas possible, vous allez être parrain du quatrième et du cinquième enfant !'", sourit le contrôleur.  

Europe 1
Par Zoé Pallier, édité par Margaux Lannuzel