INFORMATION EUROPE 1 - Condamné pour avoir attaqué au marteau 3 policiers, Farid Ikken a fait appel

, modifié à
  • A
  • A
 Le 6 juin 2017 Farid Ikken s'en était pris à trois policiers qui patrouillaient devant Notre-Dame de Paris.
Le 6 juin 2017 Farid Ikken s'en était pris à trois policiers qui patrouillaient devant Notre-Dame de Paris. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
Farid Ikken, étudiant algérien et ancien journaliste condamné le 14 octobre à 28 ans de prison pour avoir attaqué avec un marteau trois policiers sur le parvis de Notre-Dame de Paris, en 2017, a fait appel de sa condamnation, a appris Europe 1. 
INFO EUROPE 1

Farid Ikken, condamné à 28 ans de prison pour avoir attaqué trois policiers sur le parvis de Notre-Dame en 2017, a fait appel de sa condamnation. L’homme de 43 ans, étudiant algérien et ancien journaliste, avait été reconnu coupable de "tentative d'homicides volontaires avec préméditation sur des personnes dépositaires de l'autorité publique" et "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" par la cour d’assises spéciales de Paris, le 14 octobre dernier.

Ni regrets, ni remords

Farid Ikken avait écopé de 28 ans de réclusion criminelle, assortie d’une période de sûreté des deux tiers. Contacté par Europe 1, son avocat n’a pas souhaité s’exprimer. Le 6 juin 2017, il avait attaqué au marteau trois policiers en uniforme sur le parvis de Notre-Dame de Paris, criant : "C'est pour la Syrie". L'un des agents avait été blessé à la tête. À la veille de l’ouverture du procès, ce dernier s’était exprimé au micro d’Europe 1, évoquant, outre sa blessure, le traumatisme psychologique laissé par cette attaque.

Niant toute volonté de tuer, Farid Ikken a toutefois réaffirmé lors du procès son adhésion entière au groupe Etat islamique (EI) et à son ancien chef Abou Bakr al-Baghdadi, qu'il a décrit comme un "homme intègre" et "un modèle". "C'est rare, y compris dans des procès terroristes, d'avoir quelqu'un à ce point satisfait de son action", avait notamment souligné l'avocate générale.

Europe 1
Par Gwladys Laffitte