INFORMATION EUROPE 1 - Airbnb : 2018, année record pour les amendes infligées aux multipropriétaires parisiens

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

En 2018, les propriétaires de 150 logements parisiens mis en location illégalement sur les plateformes ont été sanctionnés, soit deux fois plus qu'en 2017.

INFO EUROPE 1

2018 marque une année record pour les amendes infligées aux propriétaires de logements mis en location illégalement sur les plateformes de type Airbnb ou Homestay. Au total, 2,1 millions d'euros d'amendes ont été prononcées, contre 1,3 million l'an dernier. 

10.000 euros d'amende en moyenne. Sur les douze derniers mois, les propriétaires de 150 logements, coupables d'avoir loué leur logement au-delà de la limite des 120 jours annuels autorisés, ont été verbalisés, soit deux fois plus qu'en 2017. Les propriétaires sont sanctionnés d'une amende de 10.000 euros en moyenne.

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Des immeubles transformés "en hôtels clandestins". Surtout, le nombre de multipropriétaires qui font de la location de courte durée leur principale source de revenus est en augmentation, constate la maire de Paris, qui veut désormais concentrer la lutte sur eux. "Nous avons de plus en plus des propriétaires qui achètent des immeubles entiers et les transforment en hôtels clandestins", déplore Ian Brossat, adjoint PCF à la mairie de Paris, en charge du logement. "Cela nous pose un problème énorme. Quand on voit que dans les quatre premiers arrondissements de Paris, un quart des logements ne sont plus des logements habités par des Parisiens, la nécessité de réguler tout ça est plus que jamais essentielle", affirme l'élu.

Une plainte à venir contre les plateformes locatives. Pour enrayer le phénomène et débusquer les propriétaires fraudeurs, une brigade d'une trentaine d'agents sillonnent les rues de Paris et font même du porte-à-porte. Par ailleurs, la mairie de Paris annonce qu'elle va porter plainte dans les prochaines semaines contre les plateformes de location qui mettent en avant ces annonces illégales.