Piétons traînés en voiture : une nouvelle vidéo atteste de la présence d’un troisième homme

ali 0:18
  • Copié
William Molinié, édité par Ugo Pascolo et Solène Délinger , modifié à
Deux hommes ont été mis en examen et incarcérés dans l’affaire de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis. Une vidéo que s’est procurée Europe 1 atteste de la présence d’un troisième suspect à l’arrière du véhicule. Selon nos informations, cet homme s’est rendu au commissariat et a été placé en garde à vue.
EXCLUSIF

Deux hommes ont été mis en examen et incarcérés dans l’affaire de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis. Un automobiliste s'était amusé à attraper des piétons en roulant , les obligeant à courir pour ne pas tomber. Une vidéo que s’est procurée Europe 1 atteste de la présence d’un troisième suspect à l’arrière du véhicule. Selon nos informations, cet homme s’est rendu au commissariat et a été placé en garde à vue.

Les faits filmés par les agresseurs

Ali, ce retraité de 67 ans, traîné sur 100 mètres par le conducteur d’un véhicule dimanche dernier à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), indiquait à Europe 1 il y a deux jours qu’il y avait trois ou quatre individus à l’intérieur de la voiture Clio. Selon une nouvelle vidéo que s’est procurée Europe 1, un troisième homme, au moins, était bien présent dans l’habitacle puisqu’il a lui aussi filmé les faits depuis le siège arrière. Ce qui atteste par ailleurs que l’objectif de ses agresseurs était bien de diffuser la scène sur les réseaux sociaux. Le troisième homme s’appelle Kurtis M., il est connu selon nos informations pour stupéfiants, violences, harcèlement et est sorti de prison au printemps dernier.

Dans cette vidéo d’une quinzaine de secondes, on voit la scène déjà diffusée dans une première vidéo sur les réseaux sociaux mais vue sous un autre angle. Celui du passager arrière qui filme Ali forcé de courir sur le côté gauche de la voiture. On entend les trois protagonistes hilares. Quand Ali tombe, ce troisième individu filme Ali depuis le pare-brise arrière. Selon nos informations, un juge d’instruction va être nommé ce jeudi pour poursuivre l’enquête. Par ailleurs, ce troisième homme qui était présent à l’intérieur de l’habitacle s’est présenté au commissariat et a été placé en garde à vue.

1.000 euros contre le retrait de la plainte

Au micro d'Europe 1, Ali avait affirmé qu'une personne lui avait proposé de l'argent lundi. "Il m'a dit 'Si tu retires la plainte, le gars te donne 1.000 euros ce soir (lundi)'. Je lui ai dit 'Je ne retire pas ma plainte, ça ne m'intéresse pas, j'ai des soins à faire'", confiait alors Ali. Le retraité de Noisy-le-Sec avait expliqué que la police lui avait dit d'éviter de retourner dans ce café, en attendant que l'affaire se passe. "Il parait que le gars a un grand frère qui est encore plus bandit que lui, alors je n'ai pas envie de prendre une balle perdue ou de me faire encore agresser", ajoutait le retraité de 67 ans.

Outre Ali, au moins une autre personne a été victime de ces mêmes faits par la même équipe à Noisy-le-Sec. Elle a, elle aussi, déposée plainte. Les deux premiers suspects présentés à la justice sont connus des services de police, âgés de 23 et 24 ans, l’un d’entre eux a déjà été impliqué selon nos informations dans une affaire de violences en réunion et avec arme.