"Ils veulent doubler à tout prix" : les grands excès de vitesse toujours en hausse

, modifié à
  • A
  • A
Les grands excès de vitesse (+50 km/h) sont toujours en hausse, malgré le déconfinement. 1:22
Les grands excès de vitesse (+50 km/h) sont toujours en hausse, malgré le déconfinement. © AFP
Partagez sur :
Comme vous le révélait Europe 1 en avril dernier, les grands excès de vitesse (+50km/h) étaient en hausse avec le confinement : +16,6% sur un an. Un phénomène qui perdure encore à l'heure des grands départs en vacances.  

"Les gens roulent clairement plus vite et ne sont pas prudents du tout." Comme Alban, qui témoigne lundi matin au micro d'Europe 1, vous avez peut-être remarqué ces automobilistes qui dépassent allègrement les limitations de vitesse sur les routes des vacances. De très grands excès de vitesse de 50 km/h et plus au-delà de la limitation autorisée qui coûtent pourtant chers : 3.750 euros d'amende, suspension du permis de conduire pendant trois ans, et confiscation du véhicule, peut-on lire sur sécurité-routière.gouv.fr

Des excès de vitesse en hausse depuis le confinement

Malgré cette menace, et avec son régulateur de vitesse réglé sur 130 km/h, Alban s'est fait dépasser toute la journée sur la route des vacances par "énormément de gens sur la voie de gauche. Je ne comprends pas". "Je pense que ce phénomène a été renforcé depuis le confinement". Et il ne croit pas si bien dire : comme vous le révélait Europe 1 en avril dernier, les grands excès de vitesse ont bondi de 16,6% entre le 17 mars (premier jour du confinement) au 26 avril inclus : plus de 11.200 grands excès de vitesse ont donc été relevés dans l’Hexagone par les policiers, gendarmes et radars automatiques, contre 9.600 sur la même période l'an passé. 

Une hausse légèrement en baisse au mois de juin, +11% sur un an, mais qui persiste, même sur les routes secondaires, témoigne Hugues, un autre automobiliste. "Les gens ne regardent pas trop ce qu'il se passe autour, ils déboîtent, ils ne mettent pas le clignotant, ils veulent doubler à tout prix." Déjà inquiet, le colonel Laurent Rigg, à la tête de l'Unité de lutte contre l'insécurité routière, anticipe donc des conséquences encore plus graves en cette période de départs en vacances. 

Des routes encore plus dangereuses avec les départs en vacances

"Maintenant qu'il va y avoir les chassés-croisés, les routes vont devenir encore plus dangereuses ! Surtout si ces gens-là, qui n'ont pas pris conscience qu'ils sont redevenus dans une situation de circulation normale, continuent à rouler de façon démesurée." Et de rappeler qu'en plus de se mettre en danger, ces automobilistes "mettent en danger les autres". À l'heure où les gestes barrières ont pris une place importante dans la vie des Français, il insiste donc : "Sur la route, le geste barrière c'est le respect du Code de la route". 

Europe 1
Par Hélène Terzian, édité par Ugo Pascolo