"Un vrai problème de pouvoir se pose au Vatican" : un livre citant Benoit XVI secoue l'Eglise

, modifié à
  • A
  • A
Benoît 16 XVI Pape François 6:10
Le pape Benoît est aujourd'hui âgé de 92 ans. © Handout / VATICAN MEDIA / AFP
Partagez sur :
Bernard Lecompte, auteur de Tous les secret du Vatican, était l'invité de Matthieu Belliard lundi. Le spécialiste du catholicisme réagit à la sortie du livre de Benoit XVI, Des profondeurs de nos cœurs. 
INTERVIEW

Mise à jour mardi 14 janvier à 14h. L'ancien pape allemand Benoît XVI a demandé que son nom soit retiré du livre, a déclaré mardi son secrétaire particulier Georg Gaenswein, cité par l'agence ANSA, l'ouvrage semblant destiné à influencer le pape François sur l'épineuse question du célibat des prêtres. "Je peux confirmer que ce matin, sur indication du pape émérite, j'ai demandé au cardinal Robert Sarah", co-auteur du livre, "de contacter les éditeurs du livre en les priant d'enlever le nom de Benoît XVI", a déclaré Mgr Gaenswein, selon la même source.

Le pape Benoit XVI, qui a renoncé à sa charge il y a sept ans, attaque-t-il François dans un livre à paraître mercredi ? Pour Bernard Lecompte, spécialiste du Vatican invité de la matinale d'Europe 1, cette situation pourrait poser "un vrai problème de pouvoir au Vatican".

"Je ne peux plus garder le silence", aurait écrit le pape émérite Benoit XVI dans cet ouvrage, Des profondeurs de nos coeurs, à paraître mercredi, et co-signé par le cardinal conservateur Sarah. "S'il s'agissait seulement d'un livre du cardinal Sarah, qu'on connait pour être violemment contre le mariage des prêtres, même violemment contre le pape François, ça ne serait pas très grave", explique Bernard Lecompte. "Cela fait 2000 ans qu'on polémique dans l'Eglise. Le débat, même un peu dur, c'est une bonne chose pour l'Eglise. Elle est dans un monde qui débat tout le temps et c'est normal. Simplement, le problème c'est que le cardinal Sarah embarque Benoît XVI, le pape émérite, dans son opération, ce qui change tout", poursuit le spécialiste. 

"Un problème évident"

Dans ce livre, les deux hommes défendent la ligne classique, conservatrice de l'Eglise, notamment en ce qui concerne l'ordination d'hommes mariés en Amazonie, où les prêtres manquent. Benoit XVI, âgé de 92 ans, sort de son silence, de sa retraite, ce qui est surprenant et problématique pour le spécialiste du Vatican.  

"C'est un problème d'autorité", affirme Bernard Lecompte. "Quand Benoit XVI a démissionné, il a dit qu'on ne l’endenterait plus. Tout le monde avait applaudi. Personne ne s'était opposé à ce qu'il soit pape émérite, qu'il garde son nom de pape, qu'il habite dans le Vatican. Cela pose aujourd'hui un problème évident, si le pape se met à parler et pas dans le sens de son successeur, il y a un vrai problème de pouvoir qui se pose au Vatican", affirme Bernard Lecompte. "Le pape est au dessus de tous les autres. Dans un débat, c'est lui qui tranche. C'est comme ça depuis 2000 ans".

Qui est le cardinal Sarah ? 

Au Vatican, on dit que Robert Sarah a utilisé Benoît XVI pour diffuser sa vision conservatrice de l'Eglise. Selon Bernard Lecompte, il s'agit "d'un des cardinaux les plus brillants de l'Eglise catholique". Ce Guinéen de 75 ans a été ordonné évêque de Conakry à seulement 34 ans. "C'est un Africain, ce qui compte aujourd'hui car 80% de l'Eglise catholique est concentrée dans l'hémisphère sud", affirme le spécialiste. "C'est un des ministres du pape. Il préside une importante congrégation. C'est lui qui sera le protodiacre au prochain conclave, c'est à dire celui qui proclamera le fameux 'habemus papam' au balcon", explique Bernard Lecompte. Très conservateur, Robert Sarah aurait l'ambition d'être un jour le premier pape noir de l'histoire. 

Son importance dans l'Eglise catholique lui donne de la légitimité, selon l'auteur de Tous les secrets du Vatican, "à condition de ne pas jouer les manipulateurs. Ici, il joue un jeu dangereux", considère Bernard Lecompte. "On sait que l'Eglise, à chaque conclave, déteste les candidats clivants, et cherche quelqu'un capable de fédérer", rappelle-t-il. "S'il a manipulé le vieux Benoit XVI, on ne peut pas dire met toutes les chances pour son élection", conclut Bernard Lecompte.

Europe 1
Par Lucie de Perthuis