Six ans de prison pour l'ex-policier qui a tiré sur des voleurs de magrets

, modifié à
  • A
  • A
DAMIEN MEYER / AFP
L'ex-policier avait tiré sur des voleurs de magret de canard, en 2011. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

L'ancien policier, hors service, avait pourchassé des voleurs de magret de canard dans un supermarché de Limours, dans l'Essonne.

Un policier qui avait tiré sur des voleurs à l'étalage en fuite a été condamné vendredi à Evry à six ans de prison pour tentative de meurtre.

Pour cet homme au comportement de "cow-boy", l'avocat général avait demandé à la cour d'assises de l'Essonne "une peine lourde, qui lui permettra de comprendre la gravité des faits". Car après des années d'instruction et trois jours de procès, Gwenaël Leroux est toujours dans un "déni" qui le rend "dangereux", avait-il estimé, requérant huit ans de réclusion. Arrivé libre à son procès, ce quadragénaire aujourd'hui ex-policier dormira en prison vendredi soir. 

Magrets de canard sous le tee-shirt. En 2011, alors âgé de 39 ans, il assiste hors service, à un vol à l'étalage dans un supermarché de Limours, dans l'Essonne. Deux voleurs ont chacun glissé sous leurs tee-shirts un sachet de magrets de canards et réussi à prendre la fuite en grimpant à l'arrière d'une fourgonnette qui les attendait sur le parking. Il décide de les pourchasser, au volant de sa voiture. Bras passé par la fenêtre, il tire à plusieurs reprises en direction des fuyards. Une balle traverse le bras du premier voleur, finit dans la cuisse du second.

"J'ai trois enfants, pourquoi tu nous tires dessus ?" La fourgonnette s'arrête, l'un des voleurs en descend. "J'ai trois enfants, pourquoi tu nous tires dessus ?", implore le jeune homme. Le policier sort de sa voiture et en marchant dans leur direction, tire à nouveau à trois reprises. En dépit des mots des fuyards, de témoins et des expertises balistiques, tous concordants, Gwenaël Leroux a continué à soutenir une version "farfelue", selon l'avocat général et l'enquêteur de l'IGPN (police des polices) qui l'avait entendu : la fourgonnette aurait reculé soudainement sur sa voiture et, se sentant en danger, il a tiré sept fois de suite.