HLM : le nombre de logements financés a baissé en 2018

  • A
  • A
Le monde HLM prévient régulièrement qu'il risque de ralentir la construction de logements face aux économies budgétaires demandés par le gouvernement.
Le monde HLM prévient régulièrement qu'il risque de ralentir la construction de logements face aux économies budgétaires demandés par le gouvernement. © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
Quelque 109.000 logements sociaux ont été financés en 2018, soit 4.000 de moins que l'année précédente, a annoncé vendredi Julien Denormandie, le ministre du Logement.

Le nombre de logements sociaux financés en métropole, indicateur de la construction future, a baissé l'an dernier, a annoncé vendredi le ministre de Logement, dans un contexte d'économies budgétaires pour le monde HLM.

109.000 logements sociaux contre 113.000 l'an passé. "Cette année, on vient de recevoir les chiffres, en terme de logements sociaux, on va produire à peu près 109.000 logements sociaux", a annoncé Julien Denormandie sur la radio Franceinfo. "L'année dernière c'était 113.000." Ces chiffres correspondent au nombre de logements sociaux financés chaque année qui donnent une indication de la construction à venir. En 2017, il avait déjà baissé par rapport aux quelque 124.000 observés un an plus tôt.

Ils s'entendent par ailleurs sans l'Outre-mer qui est comptabilisé séparément et où le nombre de logements sociaux financés avait aussi baissé en 2017. Julien Denormandie n'a pas donné la tendance pour 2018, alors que le gouvernement prévoit de lancer en juin un plan sur la question du logement Outre-mer.

Hausse des financements pour le logement "très social". Toutefois, la quantité de nouveaux logements financés a augmenté pour la seule catégorie destinée aux plus pauvres - celle des "prêts locatifs aidés d'intégration" (PLAI) -, a précisé le ministère. Parfois qualifié de "très social", ce type d'habitat représente entre un tiers et un quart des logements construits chaque année sur l'ensemble du parc HLM.

1,5 milliard d'euros d'économies réclamées chaque année. Le monde HLM prévient régulièrement qu'il risque de ralentir la construction de logements face aux économies budgétaires demandés par le gouvernement depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron. Celles-ci, qui représentent environ 1,5 milliard d'euros par an, passent à la fois par une hausse du taux de TVA payés par les bailleurs sur certains travaux et une réduction organisée des loyers, afin de compenser pour les locataires une baisse des aides au logement (APL) destinées au parc HLM.

 

Julien Denormandie s'est engagé à réexaminer en ce début d'année les économies demandées, mais, insatisfait de l'avancée des discussions, le monde HLM a demandé cette semaine à rencontrer le Premier ministre, Édouard Philippe. "Dans les hypothèses actuellement à l'étude à Bercy, il est clair que la production de logements sociaux, la rénovation urbaine, la rénovation énergétique et les capacités d'entretien du parc seraient gravement réduites", a assuré dans un communiqué la confédération du secteur, l'Union sociale pour l'habitat (USH).