Hausse du prix du carburant : "Il n' y a pas d'offre alternative" pour les chefs d'entreprise

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
François Asselin, président de la CPME, a expliqué sur Europe 1 que les chefs d'entreprise n'ont d'autre choix que d'avoir recours au moteur thermique. Il demande donc au gouvernement de suspendre la hausse des taxes sur le carburant.
INTERVIEW

La grogne contre la hausse des prix du carburant touche tout le monde, particuliers comme professionnels. François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), a tenu à défendre le point de vue des chefs d'entreprise. Pour eux, qui utilisent principalement des véhicules utilitaires, "il n'y a pas vraiment d'offre alternative au moteur thermique", a t-il rappelé au micro de Matthieu Belliard sur Europe 1.

"Arrêtons-nous à ce plafond." La CPME a donc demandé un moratoire sur ce qu'elle qualifie de "surtaxes gouvernementales sur le carburant" afin que les taxes soient gelées au niveau où elles se trouvent actuellement, tant que le cours du pétrole "ne baissera pas". "Nous avons atteint un certain plafond. (...) Arrêtons-nous à ce plafond", clame François Asselin, alors qu'une nouvelle hausse est prévue au mois de janvier.

 

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Il justifie sa demande en expliquant qu'"il est impossible pour une petite entreprise de répercuter" cette hausse du prix du carburant "sur ses prix de vente". Il y a deux raisons à cela. La première est que, "souvent elle est engagée sur des devis" qui ont été négociés avant cette augmentation. Par ailleurs, "le consommateur final n'a pas non plus sans arrêt les moyens de payer plus cher".

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau