Grève SNCF : "60% de cheminots" grévistes mardi, selon SUD-Rail

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Erik Meyer, secrétaire fédéral de SUD-Rail, affirme sur Europe 1 que les chiffres des grévistes communiqués par la SNCF mardi sont "mensongers". 
INTERVIEW

Alors que la direction de la SNCF a indiqué que 33%* des cheminots étaient grévistes mardi, le syndicat SUD-Rail double cette fourchette. "Ces chiffres ne sont pas les bons. Avec les retours qu’on a de l’ensemble du territoire, on annoncerait aujourd’hui une grève majoritaire à plus de 60% de cheminots", a déclaré mardi dans Europe Soir Erik Meyer, secrétaire fédéral du syndicat SUD-Rail. 

"Les chiffres sont mensongers". "Avec un TGV sur 8 aujourd’hui, un TER sur 5, on est sur des chiffres très bas qui n’ont jamais été atteints sur la dernière grève (…) Il suffit de constater : avec 33% de grévistes, on fait circuler moins de 10% des trains. Donc soit la SNCF est incompétente à organiser le transport, soit les chiffres sont mensongers", a ajouté le syndicaliste et conducteur de train, qui garantit toutefois ne pas vouloir "rentrer dans la bataille des chiffres".

Pour une "grève illimitée". En outre, Erik Meyer dénonce une "accélération du calendrier" parlementaire visant à contrer la grève des cheminots selon lui. "On a appris aujourd’hui que le vote solennel (du projet de loi d’habilitation par ordonnances, ndlr) aurait lieu le 17 avril, à la demande du groupe LREM, donc le gouvernement accélère le calendrier pour contrer la grève et du coup on va donner ces éléments-là aux cheminots", afin qu’ils décident ou non de poursuivre le mouvement au-delà de mercredi, complète le syndicaliste. SUD-Rail est le seul syndicat de cheminots à avoir déposé un préavis de grève illimitée, pour "laisser le choix" aux cheminots de débrayer, avant deux nouveaux jours de grève dimanche et lundi.

*La direction de la SNCF a annoncé un taux de grévistes de 33,9% en matinée mardi, soit moins que les 35,4% enregistrés le 22 mars. Mais parmi les "agents indispensables à la circulation des trains", le taux atteignait 48% (contre 36% le 22 mars). Il était notamment de 77% chez les conducteurs et 69% chez les contrôleurs. Ces chiffres sont contestés par les syndicats, SUD-Rail comme la CFDT-Cheminots.