Grande-Synthe : évacuation du campement de migrants par les autorités

, modifié à
  • A
  • A
Les migrants du camp de Grande-Synthe sont évacués jeudi.
Les migrants du camp de Grande-Synthe sont évacués jeudi. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Les quelque 500 migrants qui vivent dans le camp de Grande-Synthe, dans le Nord, sont évacués par les autorités jeudi matin. 

L'évacuation du campement de migrants de Grande-Synthe, dans le Nord, où vivent environ 500 personnes selon les autorités, a débuté vers 7h30 jeudi, a indiqué la préfecture du Nord. "C'est une opération en cours qui vise le démantèlement du campement de Grande-Synthe", a indiqué une porte-parole de la préfecture. D'après la mairie, ce sont 800 migrants qui vivent à Grande-Synthe, dont 650 à proximité de la gare dans ce qu'on appelle la "Petite jungle".

Opération dans le calme. "Il s'agit d'une opération de mise à l'abri et qui est l'exécution d'une décision du TGI de Dunkerque du 7 juin 2018", a déclaré le sous-préfet de Dunkerque Eric Etienne. L'opération se déroulait dans le calme, a précisé la même source, et devait se tenir toute la matinée. Sur place étaient présents une vingtaine de membres de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), environ 200 forces de l'ordre ainsi qu'une vingtaine de sapeurs-pompiers et du personnel de la protection civile.

Vers 10h30, quatre premiers bus, sur les 21 programmés pour l'ensemble de la journée, ont quitté les lieux. Sur les 200 personnes déjà évacuées, 150, principalement des familles accompagnées d'agents de l'Ofii, ont été dirigées vers des "centres d'orientation" de la région et 50 vers des commissariats pour "examen de situation". Des CRS reconduisaient également vers le camp des migrants se trouvant aux alentours.

Dirigés vers des centres d'accueil. Les migrants qui souhaitent faire une demande d'asile vont être orientés vers des Centres d'accueil et d'examen des situations (CAES). Les autres, "qui ne s'inscrivent pas dans une démarche d'intégration sur le territoire national", seront "orientés vers les forces de police pour vérification des situations, notamment les majeurs isolés", a précisé le sous-préfet.

Des migrants placés en garde à vue. Selon les informations de France 3 Hauts-de-France, plusieurs dizaines de migrants vont être placés en garde à vue pour "occupation illégale d'un terrain privé". Les autres migrants vont être conduits vers des "mises à l'abris", selon le sous-préfet présent sur place. 

Éviter de nouveaux points de fixation. Le sous-préfet a outre rappelé la politique de l'État d'éviter la constitution de "nouveaux points de fixation" devenant ensuite "des bidonvilles" sur le littoral de la mer du Nord. Le camp de migrants de Grande-Synthe, où des opérations d'évacuation sont relativement fréquentes, est constitué à 95% de Kurdes irakiens, d'après les estimations des autorités. La municipalité écologiste de Grande-Synthe estime elle à 800 le nombre de migrants présents sur la commune, qui se trouvent dans le Nord dans l'espoir de gagner l'Angleterre.