Grand débat national : "Nous devons baisser plus vite les impôts" face à "une immense exaspération fiscale"

, modifié à
  • A
  • A
Edouard Philippe crédit : Philippe LOPEZ / AFP - 1280
Edouard Philippe a reconnu lundi que les impôts devaient baisser "plus vite". © Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :
"Nous devons baisser plus vite les impôts" face à "une immense exaspération fiscale", a reconnu lundi le Premier ministre lors de la restitution des principales tendances qui ont émergé du "grand débat national".

L'exécutif retient du "grand débat national" qu'il faut "baisser plus vite les impôts" face à une "immense exaspération fiscale", a affirmé lundi Édouard Philippe, au terme du compte-rendu final des débats.

"Nous devons baisser et baisser plus vite les impôts"

"La première exigence, c'est en fait une immense exaspération fiscale", a déclaré le Premier ministre lors d'un discours au Grand Palais. Face à "une sorte de tolérance fiscale zéro", "les débats, je le crois, nous indiquent clairement la direction à prendre, nous devons baisser et baisser plus vite les impôts", a-t-il dit.

"Les Français ont compris très vite et avec une certaine maturité, qu'on ne peut pas baisser les impôts sans baisser la dépense publique. Les Français ne veulent pas du 'y'a qu'à faut qu'on'. Ils ne nous disent pas qu'il faut creuser la dette, ils nous disent de prendre des décisions et d'en être responsables", a-t-il poursuivi. Après le grand débat, "toute frilosité" dans les décisions serait "impardonnable".