"Gilets jaunes" : la vidéo d'un homme en fauteuil roulant bousculé par les gendarmes fait polémique

, modifié à
  • A
  • A
La vidéo montre deux minutes de l'altercation entre le jeune homme et les forces de l'ordre.
La vidéo montre deux minutes de l'altercation entre le jeune homme et les forces de l'ordre. © Capture d'écran Twitter
Partagez sur :
Sur les images postées par un internaute samedi, on voit un homme en fauteuil roulant tomber au sol après une altercation avec les forces de l'ordre. 

Vues plusieurs millions de fois, les images font le tour des réseaux sociaux depuis deux jours. Une vidéo postée samedi par un internaute et intitulée "A Bessan, voilà comment ils traitent les gens" montre une altercation entre un homme en fauteuil roulant et des CRS près du péage de Bessan, dans l'Hérault, au niveau d'un barrage de "gilets jaunes". Europe 1 choisit de la diffuser tout en rappelant qu'elle commence après le début de l'altercation, qui n'est étayée par aucune image. 

Le début de la scène non filmé. Au moment où le film commence, les CRS déplacent le fauteuil de l'homme sur le bas côté, de force, en lui reprochant notamment de les avoir insultés. Selon BFMTV, il s'agissait de dégager l'accès à un rond-point. Un gendarme prévient alors ses collègues que l'homme est "armé" d'une matraque télescopique. La violence monte alors d'un cran entre les militaires et le jeune homme, entouré de plusieurs manifestants. Celui-ci finit par tomber au sol, avant d'être relevé par des "gilets jaunes". 

Abondamment relayée, la scène a fait réagir jusqu'à la gendarmerie nationale. "Quelques éléments factuels méritent d'être précisés", indique sa porte-parole sur Twitter. "Une personne en fauteuil roulant se trouve au milieu de la chaussée ouverte à la circulation. Elle représente un danger pour elle-même et les usagers", raconte-t-elle. "Malgré des invitations répétées pour lui faire rejoindre le bas-côté, la personne se montre insultante vis à vis des forces de l'ordre, agitée, et refuse totalement de coopérer." 

"Il avait une matraque sur lui". "Les gendarmes détectent alors une matraque télescopique (...), dissimulée sous sa sacoche", continue le communiqué de la porte-parole, précisant que "cette personne est défavorablement connue au plan local ainsi que de la documentation judiciaire". Selon la gendarmerie, c'est le refus de cet homme de donner son arme aux gendarmes qui a provoqué l'altercation puis la chute. 

Le gendarme "a vu qu'il avait une matraque sur lui", a confirmé à BFMTV un témoin de la scène, tout en affirmant que l'homme en fauteuil n'entendait pas s'en servir. "Simplement, il ne pouvait pas partir en courant."  "Dimanche, il n'avait pas envie de parler, il était un peu dépassé", a indiqué un autre "gilet jaune" au Parisien à propos du jeune homme de la vidéo. "Il ne s'attendait pas à cela, aux millions de vues de la vidé. Il est très fatigué en plus, il a enchaîné 36 heures d'affilée sur le blocage."