"Gilets jaunes" à La Réunion : affrontements autour du barrage du Grand port maritime

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Après avoir délaissé le barrage du Grand port maritime lundi matin, 200 "gilets jaunes" sont revenus sur les lieux pour affronter les forces de l'ordre.

Des affrontements étaient en cours lundi à La Réunion entre les "gilets jaunes" et les force de l'ordre, autour du barrage du Grand Port maritime de l'île, au 17ème jour du mouvement social.

Un port bloqué depuis quinze jours. Alors que seuls deux ou trois barrages persistaient lundi sur le territoire, selon la direction régionale des routes, la situation était très tendue au niveau du port-Est, seul port marchand et poumon économique de La Réunion, bloqué depuis quinze jours. Les "gilets jaunes" semblaient avoir dans un premier temps lundi matin délaissé le barrage, dont les forces de l'ordre ont pris possession en nombre, mais en début d'après-midi, environ 200 "gilets jaunes" sont revenus et des affrontements ont eu lieu. Du gaz lacrymogène et des galets ont notamment été lancés.

De nombreux produits en attente de livraison. Le préfet avait indiqué dimanche que le long blocage du port avait entraîné un "risque avéré de rupture d'approvisionnement concernant les biens d'alimentation de première nécessité, voire de nécessité vitale". Selon la préfecture, "près d'un millier de containers dédouanés sont en attente de livraison : des produits frais, du blé pour les boulangeries, des matières premières destinées à la fabrication d'alimentation animale, des médicaments et du matériel médical à destination des centres hospitaliers et établissements accueillants des personnes âgées…". Le Medef local a estimé à "plus de 300 millions les pertes d'exploitation" liées aux barrages.

Des actions concentrées sur les administrations. Dans l'ensemble de l'île, les écoles et les commerces ont rouvert lundi, et les traditionnels embouteillages du centre de Saint-Denis étaient de retour lundi matin. Les "gilets jaunes" se disent déterminés à poursuivre leur mouvement, mais certains ont indiqué leur volonté de se concentrer désormais sur les bâtiments administratifs. Une trentaine de personnes ont notamment bloqué lundi matin le conseil régional, sans incident. La région avait annoncé que le bâtiment serait fermé lundi.

Un "livre jaune" confié à Annick Girardin. Dimanche, la ministre des Outre-mer Annick Girardin, qui a passé trois jours sur place la semaine dernière et a multiplié les rencontres avec les manifestants, s'est entretenue depuis Paris par visioconférence avec une délégation de "gilets jaunes". Ces derniers lui ont remis un "livre jaune", compilant une liste de revendications autour de cinq thèmes : la vie chère, l'emploi, le pouvoir d'achat, le manque de transparence et l'annulation de la dette fiscale des TPE et PME. Les échanges ont été retransmis à la télévision.