Finale de la CAN : "On a un dispositif qui est prêt", assure le syndicat CRS UNSA Police

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
 2.500 policiers seront mobilisés vendredi soir pour assurer la sécurité à Paris, à l'issue de la finale de la Coupe d'Afrique des nations opposant le Sénégal à l'Algérie.

Des festivités sous haute surveillance. Après les incidents qui ont émaillé les célébrations des supporters algériens après les quarts et les demi-finales de la Coupe d'Afrique des nations, 2.500 policiers seront mobilisés vendredi soir pour assurer la sécurité dans la capitale, à l'issue de la finale opposant le Sénégal à l'Algérie. "On a un dispositif qui est prêt", assure David Michaux, délégué national CRS UNSA Police, au micro d'Europe 1. 

Dans les faits, le dispositif est le même que pour le 14-Juillet et la demi-finale contre le Nigéria, quand 282 personnes avaient été interpellées dans le pays. 2.500 policiers seront donc mobilisés à Paris, essentiellement autour des Champs-Élysées, sur l'axe de la place de la Concorde à la porte Maillot. 

"L'objectif est que ce soit une fête"

"On a l'habitude de gérer ce genre d'événement", explique David Michaux, qui promet "un dispositif très réactif. "On va encadrer totalement les Champs-Elysées, la Porte Maillot". Des forces seront aussi engagées "dans des arrondissements sensibles ou en banlieue", indique le délégué national CRS UNSA Police. 

"L'objectif est que ce soit une fête", rappelle-t-il, "mais on doit assurer un dispositif de sécurisation pour que les gens ne fassent que la fête". 

David Michaux regrette toutefois à demi-mot que la préfecture ait écarté l'idée d'une fermeture des Champs-Elysées. "Ça aurait été plus facile à gérer", concède-t-il. "On n'est pas à l'abri de dégradations sur les Champs (...) avec des gens venus juste voir les Champs et qui vont se retrouver avec des gens sur leur véhicule". Les forces de l'ordre présentes tenteront donc "d'empêcher les gens d'aller sur les voies de circulation".