EN DIRECT - Féminicide : suivez le deuxième jour du procès du meurtre de Julie Douib

, modifié à
  • A
  • A
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Partagez sur :
Trentième féminicide sur les 146 dénombrés en 2019, le meurtre de Julie Douib avait suscité une vive émotion dans toute la France en 2019, entraînant l'organisation d'un "Grenelle" des violences faites aux femmes. Notre reporter vous fait vivre le procès en direct.

"Justice pour Julie": le procès de l'ex-compagnon de Julie Douib, accusé de l'avoir assassinée en 2019 - un féminicide qui avait suscité une vaste mobilisation contre les violences faites aux femmes -, s'est ouvert jeudi à Bastia. "Ce qu'il a fait vivre à Julie Douib, il l'avait déjà fait vivre à Saveria", a assuré devant la cour d'assises la directrice d'enquête, évoquant une précédente compagne de l'accusé.

Le témoignage poignant d'une voisine

"Elle m'a dit 'Il m'a tuée'", a quant à elle raconté une voisine de Julie Douib, devant les assises de Bastia. "Julie, elle était allongée sur le balcon, la tête dans un pot de fleurs vide. Elle gémissait. A un moment donné, elle m'a regardé et elle m'a dit 'Il m'a tué', c'étaient ses derniers mots", a raconté, émue, la voisine du dessous de Julie Douib. En entendant son témoignage, le père de la victime a quitté la salle d'audience.

L'accusé "assume ce qui s'est passé" mais nie toute préméditation

Bruno Garcia-Cruciani, l'accusé, a pour sa part nié vendredi s'être rendu au domicile de son ex-compagne dans le but de la tuer, tout en disant "assume(r) ce qui s'(était) passé". "Je ne suis pas monté pour ça, (...) j'assume ce qui s'est passé, je vais prendre une peine pour ça. Mais je ne suis pas monté un dimanche matin avec mes enfants, chez moi, ma famille, mes amis, pour ça", a-t-il déclaré depuis le box des assises de Bastia.

Trentième féminicide sur les 146 dénombrés cette année-là, ce féminicide avait suscité une vive émotion en France et avait abouti à l'organisation du Grenelle des violences faites aux femmes. Suivez les audiences en direct grâce au fil Twitter de notre reporter.  

Europe 1
Par Marion Dubreuil