Des difficultés à prendre la parole en public ? Inspirez-vous des techniques de Démosthène, le plus grand orateur de l’Antiquité

, modifié à
  • A
  • A
© Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouÿ / Domaine public
Partagez sur :
Démosthène était bègue, chétif, et mal à l’aise en public. Pourtant, il est devenu le plus grand orateur de l’Athènes antique. De quoi nous inspirer, encore aujourd’hui. Voici quelques-uns de ses secrets.

Ses biographes le décrivent bègue, chétif, et constamment soumis à des maladies en tout genre. Enfant, ses camarades de classe le surnommaient "Batados" ou "Argas", du nom d’artistes ratés de la Grèce Antique, seulement réputés pour leur médiocrité. Pourtant, Démosthène (384-322 av. J.-C.) a fini par devenir le plus grand orateur de l’Antiquité, salué par ses contemporains, et, à travers les siècles, par les plus grands noms de l’Art oratoire, tels que Cicéron ou Denys d'Halicarnasse. Son éloquence le conduira même aux premiers rangs de la scène politique athénienne, et lui fera jouer un rôle majeur dans la guerre entre Athènes et la Macédoine, comme le raconte Fabrice d’Almeida dans cet épisode de "Au cœur de l’Histoire".

Écoutez le récit de la guerre entre Athènes et la Macédoine de Philippe II, raconté par Fabrice d'Almeida dans "Au cœur de l'histoire" :

 

"Quand nous, qui sommes si éloignés dans le temps, nous sommes à ce point séduits et subjugués, à quel point les Athéniens devaient-ils être transportés ? […] Il y avait quelque chose de surnaturel et de prodigieux dans les discours de cet orateur", écrit de lui Denys d'Halicarnasse (60-8 av. J.-C.). Même s’il est parfois difficile de faire le tri entre le mythe et la réalité, les techniques d’éloquence de Démosthène continue d’inspirer : les chercheurs en littérature décortiquent toujours ses discours, les coaches en expression orale usent encore de ses techniques, et tout un chacun peut s’inspirer de celui qui, il y a plus de 2000 ans, est passé de la médiocrité à la gloire. Voici quelques leçons à retenir de la vie (ou la légende) et de la pratique de Démosthène.

Un bourreau de travail qui ne se décourage jamais…

Ne pas rester enfermé dans une case. Le premier enseignement à retenir de la vie de Démosthène, c’est peut-être qu’il ne faut jamais se décourager. À la sortie de son adolescence, Démosthène est orphelin de père et sa famille est ruinée. En raison de ses inaptitudes physiques et oratoires (il bégayait), ses parents avaient renoncé à l’inscrire dans une grande école. Pourtant, après avoir assisté à un procès, à 15 ans, il décide tout de même de suivre une formation de "logographe". Il s’agissait d’apprendre à écrire des discours juridiques pour des personnes accusées de délit ou de meurtre : dans l’Athènes antique, il n’y avait pas d’avocat, et les accusés qui en avaient les moyens payaient des logographes pour leur écrire des discours de défense.

 

Travailler sans relâche vers son objectif. Ce métier ne nécessite pas de s’exposer en public, ni de parler. Démosthène s’y fait très vite et compte bien s’en servir de tremplin pour gravir les échelons de la cité. On raconte que Démosthène travaillait alors jour et nuit, qu’il recopiait des dizaines de fois les mêmes textes (des traités de grands orateurs passés, mais aussi des textes d’Histoire) pour s’imprégner de leur raisonnement, de leur logique, et pour se faire une culture générale : dans l’Antiquité comme aujourd’hui, une bonne citation bien placée peut rapidement séduire un auditoire.

Ne pas avoir peur de l’échec (et des railleries). Toutefois, pour réussir dans la démocratie athénienne de l’époque, il faut savoir parler, s’exprimer, débattre en public. Démosthène le sait. Mais l’éloquence ne vient pas en un claquement de doigt. "Lors de son premier contact avec le peuple, il se heurte au tumulte et s’attire des railleries par l’étrangeté de son langage… Aussi le trouve-t-on trop amer et fatigant à entendre […] Il a la voix faible, la langue embarrassée, le souffle court, ce qui empêche de comprendre le sens de ses paroles, travesties par une diction hachée", relate Plutarque dans ses Vies parallèles. Là encore, Démosthène ne s’est pas découragé. Après avoir appris à écrire, il lui fallait désormais apprendre à parler. Et la tâche s’annonçait ardue.

… Aux méthodes pour le moins originales

Savoir s’entourer… et s’isoler quand il le faut. En plus de savoir lire, Démosthène sait s’entourer. Avec l’aide d’un ami acteur comique, Satyros, il va s’entraîner à la diction. Il commence par réciter, par cœur et des centaines de fois, des tirades d’Euripide et de Sophocle. Selon certains biographes, il s’enferme également deux ou trois mois de suite dans une salle souterraine, pour s’entraîner à parler fort. Il se rase même une partie des cheveux pour paraître ridicule et éviter ainsi d’être tenté de sortir en public, afin de continuer à s’entraîner.

Des cailloux dans la bouche au footing parlant : varier les techniques. Mais si Démosthène a pu traverser ainsi les âges, c’est aussi en raison de ses techniques d’entraînement bien particulières. La plus connue est peut-être celle des cailloux : selon certains biographes, le futur grand rhéteur s’entraînait à réciter des grandes tirades avec des cailloux dans la bouche, pour se forcer à articuler et à parler distinctement. Mais il y en a d’autres. Pour booster le volume de sa voix et travailler son souffle, il s’entraînait à réciter des textes à voix haute en… faisant son footing. Et pour être certain de parler bien fort, il s’exerçait souvent à côté de quelque chose de bruyant, à l’instar du bruit des vagues.

Corriger ses tics en s’aidant d’un miroir, d'un bol d'eau, ou d'une épée. Démosthène avait aussi un tic, un mouvement d’épaule saccadé, que d’aucun trouvait ridicule (toute comparaison avec un homme politique contemporain n’engagera que celui qui s’y livrera !). Pour le corriger, il travaillait devant un miroir, en plaçant une épée le long de son corps, la pointe coincée sous l’aisselle. Et s’il bougeait trop, la douleur venait le rappeler à l’ordre. Difficile de répéter cette technique aujourd’hui. Mais elle peut, elle aussi, nous inspirer, comme le souligne ici le blog coacheloquence.com: "Voici un autre moyen, plus soft, pour apprendre à contrôler votre gestuelle et limiter vos mouvements involontaires : Remplissez un bol d’eau, à ras-bord, au point que la moindre secousse devrait vous en faire mettre à côté. Prenez alors ce bol entre vos deux mains, en coupole, de telle façon que vous ne pouvez en détacher une pour tenir le bol avec l’autre seulement. Puis… Commencez à parler, à raconter une histoire, ou à répéter un exposé ! En veillant à ne pas tout renverser par terre ou sur vous ;-)".

Tout est-il bon à prendre chez Démosthène ?

Tous les secrets de Démosthène ne sont, toutefois, pas réutilisables en toutes circonstances. Les règles du succès dans l’agora antique ne sont pas forcément les mêmes pour un entretien d’embauche ou une réunion d'équipe. Ainsi, Démosthène avait-il tendance à… tourner en dérision son interlocuteur, quitte même à s’en prendre à sa famille. "Je peine à savoir qui évoquer en premier. Ton père, Tromès, escale d’Elpias qui enseignait les lettres près du Theseion ? Il portait de lourdes entraves et un carcan. Ou bien ta mère qui, par ses mariages en plein jour dans la boutique du héros Calamités a élevé le beau portrait et l’acteur de troisième ordre que tu es ? Mais tous le savent, même si on n’en parle pas", lance-t-il par exemple à Eschine, son grand rival à Athènes. On l’aura compris, Démosthène traite le père de son interlocuteur de crétin, et sa mère de prostituée, ou de nymphomane.

Et n’oublions pas, non plus, que les pouvoirs de l’éloquence peuvent devenir des armes politiques et avoir des conséquences lourdes. C’est par sa force de persuasion que Démosthène (qui refusait que sa cité soit colonisée) poussa les Athéniens à faire la guerre à la Macédoine. Des milliers d’entre eux périrent ou furent prisonnier. Et après la défaite des siens, Démosthène a choisi de se suicider plutôt que d'être fait prisonnier.

>> Retrouvez tous les épisodes de "Au cœur de l'histoire" sur notre site Europe1.fr et sur Apple PodcastsSoundCloud, Dailymotion et Youtube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.