Les détenus ont voté en prison : "Ça nous valorise un peu, on voit que l’on n’est pas oublié"

  • A
  • A
prison de varces 1280
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Partagez sur :
EUROPÉENNES - Pour simplifier le vote des détenus qui n'ont pas été déchus de leurs droits civiques, les prisons ont été autorisées à installer des isoloirs à l'intérieur de leur enceinte.
REPORTAGE

Une urne, un isoloir, des bulletins… À première vue il s’agit d’un bureau de vote presque comme les autres, sauf qu’il a été installé dans une petite salle du parloir de la prison de Varces, près de Grenoble. À cinq jours du scrutin des européennes, certains électeurs ont déjà voté. C'est le cas des détenus français qui ont désormais la possibilité d’exprimer directement leur suffrage dans des bureaux installés dans les prisons. Jusque-là, il fallait en passer par une procuration ou une permission de sortie, ce qui transformait le vote en parcours du combattant.

À Varces, 20 détenus ont ainsi exercé leur droit de vote lundi, sur la trentaine qui remplissait les conditions nécessaires dans ce centre de détention, à savoir être inscrit sur les listes électorales et ne pas être déchu de ses droits civiques. "On vous laisse prendre une enveloppe bleue. Vous choisissez au minimum deux bulletins, vous passez dans l’isoloir et vous mettez le bulletin dans l’enveloppe", rappelle un gardien à la sortie des cellules.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Remettre un pied dans la vie civile, dans la vie du citoyen"

Pour certains détenus, c’était la première fois. Ils affichaient, à la sortie du bureau, un sentiment très positif : "En tant que détenu, ça nous valorise un peu. On voit que l’on n’est pas oublié", explique l’un d’entre eux à Europe 1. "Ça donne surtout cette impression de faire partie, malgré tout, de la société", abonde un autre. "Ça crée un élan civique, ça permet de les re-socialiser, de remettre un pied dans la vie civile, dans la vie du citoyen, la vie extérieure", relève également le directeur de la détention.

Les opérations de vote anticipé dans les prisons devront être closes mercredi. Les enveloppes seront ensuite acheminées de manière sécurisée à Paris avant le dépouillement de dimanche. Quelque 5.000 détenus vont pouvoir voter de cette manière pour ces élections européennes en France, soit quatre fois plus que lors de la présidentielle de 2017.

Europe 1
Par Jean-Luc Boujon, édité par Romain David