Édouard Philippe bannit l'écriture inclusive des textes officiels

, modifié à
  • A
  • A
Écriture inclusive, 1280x640
L'écriture inclusive consiste à inclure le féminin, entrecoupé de point-médians, dans les noms. © FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :

Dans une circulaire, le Premier ministre a choisi de ne pas appliquer l'écriture inclusive dans les textes officiels, en particulier ceux publiés au Journal officiel. 

Dans une circulaire, Édouard Philippe donne consigne à ses ministres de bannir des textes officiels l'écriture inclusive, règle controversée d'élargissement du féminin dans la langue française. "Je vous invite, en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel de la République française, à ne pas faire usage de l'écriture dite inclusive", écrit le chef du gouvernement, dans cette circulaire à paraître mercredi dans ce même JO. L'écriture inclusive consiste à inclure le féminin, entrecoupé de point-médians, dans les noms, comme par exemple: agriculteur.rice.s. 

"La bonne application de ces principes" pour les services sous l'autorité des ministres. "Outre le respect du formalisme propre aux actes de nature juridique, les administrations relevant de l'État doivent se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques, notamment pour des raisons d'intelligibilité et de clarté de la norme", justifie-t-il. L'ancien maire du Havre y demande à ses ministres de veiller à "la bonne application de ces principes" par "l'ensemble des services placés sous (leur) autorité". Portée par des cercles féministes mais rejetée par l'Académie française notamment, l'écriture inclusive remet en cause la règle d'accord de la langue française, jugée sexiste, selon laquelle, au pluriel, "le masculin l'emporte sur le féminin".

"Clore la polémique". Alors que le débat fait rage en France, notamment avec l'édition d'un manuel scolaire en écriture inclusive, la circulaire vise à apporter une "clarification après des initiatives dans certaines administrations" et à "clore la polémique", a expliqué Matignon. Ce qui n'empêche pas le gouvernement d'être par ailleurs "résolument engagé dans le renforcement de l'égalité entre les femmes et les hommes", selon le texte de la circulaire.

Précision sur les règles d'accord dans les actes administratifs. Dans sa note, Édouard Philippe précise par ailleurs les règles d'accord qui doivent s'appliquer dans les actes administratifs. Dans les textes réglementaires, "le masculin est une forme neutre qu'il convient d'utiliser pour les termes susceptibles de s'appliquer aux femmes", indique-t-il.

En revanche, quand l'auteur d'un texte officiel ou la personne nommée est une femme, il convient bien d'écrire "la ministre", "la secrétaire générale" et de féminiser la fonction en se référant à un guide ("Femme, j'écris ton nom...") élaboré par le CNRS et l'Institut nationale de la langue française. Petite exception : dans les actes de recrutement et avis de vacances publiés au JO, le Premier ministre demande d'utiliser des formules comme "le candidat ou la candidate" afin cette fois "de ne pas marquer de préférence de genre".