Ecole à domicile : l'endoctrinement "ne peut être qu'une infime minorité"

, modifié à
  • A
  • A
A partir de la rentrée 2021, la présence dans les écoles sera requise dès 3 ans. 2:00
A partir de la rentrée 2021, la présence dans les écoles sera requise dès 3 ans. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Dans son discours sur les séparatismes prononcé vendredi, Emmanuel Macron a souligné la situation de certains enfants instruits à domicile, dont certains seraient endoctrinés. "Ça ne peut être qu'une infime minorité de l'ensemble des familles", a réagi sur Europe 1 une responsable associative.
INTERVIEW

C'est l'une des mesures phares du projet de loi sur les séparatismes qui sera présenté le 9 décembre en Conseil des ministres. A partir de la rentrée 2021, l'instruction scolaire à domicile sera très strictement limitée et la présence dans les écoles requise dès 3 ans. Au total, 50.000 enfants, soit 0,5% des élèves, sont concernés en France.

Lors de son discours prononcé aux Mureaux dans les Yvelines vendredi, Emmanuel Macron a rapporté la situation de certains de ses enfants qui fréquenteraient des écoles clandestines. "Cette motivation, soi-disant pour les endoctriner, ça ne peut être qu'une infime minorité de l'ensemble des familles", a réagi Gwenaële Spenlé, de l'association "Les enfants d'abord", vendredi sur Europe 1.

"La majorité des familles qui instruisent leurs enfants, c'est vraiment pour suivre leurs besoins"

"L'instruction en famille a toujours été autorisé. La majorité des familles qui instruisent leurs enfants en France, c'est pour le respect de l'enfant, le respect individuel... C'est vraiment pour suivre leurs besoins", a assuré la responsable associative.

De son côté, le chef de l'État a souligné que "chaque semaine des recteurs et rectrices trouvent des cas d'enfants totalement hors système". "Ces enfants ne vont pas au Cned (l'enseignement à distance) mais dans des structures nullement déclarées", a poursuivi le chef de l'Etat. "Des murs, presque pas de fenêtre, des femmes en niqab qui les accueillent, des prières, certains cours : voila leur enseignement."

Des enfants évalués une fois par an par l'Éducation nationale

Pour la moitié des 50.000 enfants concernés par la mesure, des raisons médicales leur imposent de rester à la maison. Pour les autres, plus de 20.000, cela relève d'une décision des parents qui ont la liberté de former leurs enfants à la maison. Ces enfants sont évalués une fois par an par des inspecteurs de l'Éducation nationale. Mais selon Jean-Michel Blanquer, 10.000 fréquenteraient en réalité des écoles clandestines.

Le projet de loi annoncé par Emmanuel Macron devrait comporter des exceptions. Parmi elles, on retrouvera les sportifs de haut niveau qui ne peuvent pas suivre les cours normalement et les enfants avec des problèmes de santé.

Europe 1
Par Eve Roger, édité par Jonathan Grelier