Du "Blue Monday" à la déprime hivernale : nos conseils pour tenir le coup

, modifié à
  • A
  • A
hiver course à pied  1280
Faire de la course à pied permet à la fois de profiter de la luminosité et de stimuler sa production d'endorphine. Image d'illustration. © BODO MARKS / DPA / AFP
Partagez sur :

Symbolisée par ce qui serait la journée la plus déprimante de l'année, la période hivernale est propice aux coups de mou.

Lundi sera la journée la plus déprimante de l'année. Selon une étude parue en 2005, ce "blue monday" cumule tout ce qu'il faut pour tomber dans une dépression sévère dès la sonnerie matinale du réveil : un ciel désespérément gris, le souvenir (déjà) lointain des fêtes de fin d'année, le compte en banque siphonné par les dépenses des vacances de Noël, la perspective (trop) lointaine de la paye de janvier...

En réalité, l'auteur de cette étude, un psychologue gallois, a reconnu en 2010 que ses calculs ne reposaient sur aucun fondement scientifique. Néanmoins, ce début d'année est une épreuve pour notre humeur mais aussi pour notre corps. Europe 1 vous explique pourquoi et vous apporte ses conseils pour vous re-booster.

Vous avez l'énergie d'un mollusque ? C'est à cause de la météo !

Sans aller jusqu'à parler de "dépression saisonnière" (un trouble dépressif reconnu par les professionnels de santé), vous vous sentez mou comme un marshmallow ou une marmotte au coeur de son hibernation. Bref, vous avez un coup de moins bien. Rien de plus normal. Inutile cependant de vous invectiver, votre état est d'abord dû à la météo.

Le 21 décembre dernier - qui nous a fait entrer dans l'hiver - a aussi été le jour le plus court de l'année. Durant cette saison froide, les jours sont moins longs qu'en été. Résultat, vous partez au travail alors qu'il fait encore nuit et vous rentrez le soir sous le lever de la Lune… Adieu, chauds rayons de Soleil et farniente sous un concert de chants d'oiseaux... 

nuages gris 1280

© MARTIN BUREAU / AFP

La luminosité passerait ainsi de 100.000 lux (unité de mesure d'éclairement) pour une journée d'été ensoleillée, à moins de 2.000 lux durant un jour d'hiver. Un manque de luminosité qui peut entraîner des dérèglements hormonaux ainsi qu'une perturbation de l'horloge biologique réglant le cycle du sommeil.

La lumière bloque la sécrétion de mélatonine - la substance qui nous fait dormir - et stimule celle de vitamine D et de la sérotonine, le neurotransmetteur de la bonne humeur. Quand la grisaille prend ses quartiers d'hiver, c'est le contraire qui se passe ! Les femmes et les personnes souffrant déjà de dépression ou de troubles bipolaires y sont plus sensibles que les hommes. Les enfants ainsi que les adolescents ne sont que très peu concernés par ces changements.

Bien manger, bien boire : la base

On espère que vous aimez le poisson car parmi les aliments vraiment utiles contre le coup de mou, c'est en effet lui qui permet de stimuler la production de vitamines D. Tout particulièrement le maquereau, les sardines , la truite, le hareng. Et pour rester dans l'esprit des fêtes : le saumon. Plus commun et plus facile à intégrer dans vos plats : l'oeuf et le lait. Le lait de vache et de soja apportent aussi de la vitamine D. Dernière solution, plus radicale : réitérer ce que votre grand-mère vous infligeait peut-être quand vous étiez petit : la fameuse cuillère d'huile de foie de morue. Infecte mais très efficace. Les aliments trop gras ou trop sucrés, eux, sont sans surprise à bannir.

1

Côté boissons, la tisane s'impose. Les plantes sont en effet de très bonnes alliées pour voir la vie un peu plus en rose. Le millepertuis est ainsi reconnu pour ses vertus antidépressives. Le romarin, qui a déjà un pouvoir décongestionnant pour les voies respiratoires, est un stimulant du système nerveux. Le mix des deux, infusés une dizaine de minutes, sera bénéfique à hauteur de deux à trois tasses par jour. Cure de magnésium ou de gelée royale seront aussi bénéfiques pour vous booster et renforcer votre système immunitaire.

Penser positif

Parfois critiquées pour leur côté "bisounours", les pensées positives ont pourtant prouvé leur efficacité pour lutter contre la morosité. Elles permettent en effet de mettre en valeur les aspects positifs de la vie, une pratique d'autant plus utile que naturellement, notre cerveau a tendance à se concentrer sur ce qui va mal.

Premier exercice : prendre un carnet dans lequel, chaque soir, vous inscrivez les cinq moments de la journée que vous avez particulièrement aimé (cela peut aller d'un sourire complice avec un inconnu dans la rue aux carrés de chocolat que vous avez dégusté avant de vous coucher). Si c'est déjà trop fastidieux, vous pouvez vous contenter de les lister mentalement une fois la lumière éteinte.

Autre possibilité : faire une fois par jour, ou une fois par semaine, la liste des choses que la vie et ses événements vous apprennent. Enfin, exercice le plus valorisant : lister ses qualités et talents. Et si votre piteux état vous empêche d'en trouver ne serait-ce qu'un seul, demandez à votre entourage de le faire pour vous !

Sortir et encore sortir !

En cette période hivernale, le fameux "hygge", ce mode de vie qui vient du Danemark et qui consiste à siroter une tisane en pyjama et devant un feu de cheminée, peut être tentant. Mais en réalité, pour votre moral, mieux vaut vous faire violence et vous forcer à sortir. Il faut en effet pallier un maximum le manque de luminosité. Alors, plutôt que de concentrer toutes vos obligations le même jour, étalez courses et autre rendez-vous sur plusieurs jours, histoire d'avoir un objectif quotidien de sortie. Vingt minutes de marche suffirait, selon plusieurs études, à agir sur vos hormones (et celles effectuées dans de longs tunnels de métro ne comptent pas).

1

Même caché derrière les nuages, le soleil vous fait profiter de ses rayons et fait toujours mieux que la lumière artificielle. Pour les fainéants, il y a la solution de la lumino-thérapie avec une lampe imitant la lumière naturelle. Pour ceux qui seraient aussi accrocs aux écrans, ça ne marche malheureusement pas avec une tablette ou un téléphone.

Enfin, si une activité physique quotidienne vous est impossible, vous pouvez programmer une séance de sport le week-end. Les températures proches de zéro ne sont pas forcément une invitation à chausser les baskets. Mais le sport, même pratiqué au cœur de l'hiver, est un antidépresseur naturel. Il libère de l'endorphine, une hormone qui apporte un sentiment de bien-être. Mieux vaut cependant privilégier les sports d'extérieur comme le vélo ou la course à pied. Et si vous n'aimez pas trop souffrir et suer dans une tenue près du corps multicolore, vous pouvez vous rabattre sur la randonnée, le yoga ou le qi-gong.

Ou sinon, il y a aussi les conseils des journalistes d'Europe 1… "un bain de champagne avec ou sans son amant(e)", "une soirée raclette avec ses potes", "faire du yoga avec ses enfants, juste 10 minutes", "faire du ménage et de la cuisine", "aller au marché acheter des fleurs et des bons légumes", "la méditation, ou la prière pour ceux qui y croient, pour prendre du recul sur son environnement, le climat, ses problèmes, et c'est à usage illimité", "retrouver sur le net les mangas de son enfance : Candy, Dragon Ball, Juliette je t'aime, Sailor Moon… avec un bol de Nesquik pour un sentiment régressif total", "voir la mer avec un verre de rouge et un très bon fromage".