D'où vient l'expression "sans crier gare" ?

, modifié à
  • A
  • A
Au 12ème siècle, "crier gare" avait le sens de "mettez-vous à l'abri".
Au 12ème siècle, "crier gare" avait le sens de "mettez-vous à l'abri". © Pixabay
Partagez sur :
Dans l'émission d'Europe 1 "Historiquement vôtre", Stéphane Bern se penche sur les racines d'une expression du quotidien. Mardi, il s'intéresse aux origines de "sans crier gare", qui n'a absolument rien à voir avec le monde du rail. Elle était utilisée au 12ème siècle quand il fallait se mettre à l'abri.  

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Mardi, l'animateur nous explique d'où vient "sans crier gare". Une expression qui n'a rien à voir avec les gares, ou même les trains, puisque son origine remonte au 12ème siècle... À cette époque, elle est utilisée notamment quand une personne débarque à l'improviste, ou qu'un événement se produit de façon totalement impromptue. 

Une expression qui remonte au 12ème siècle

"Inutile de s'imaginer un chef de gare crier "gare" de la même façon qu'un marin en pleine mer pourrait crier "Terre" dès qu'une île émerge de la ligne d'horizon : tout cela n’a rien n’a voir. Au 12ème siècle, "gare" s'écrivait "guar" et signifiait prendre garde. Il ne faut pas l'entendre dans le sens moderne de "faire attention", mais plutôt "garez-vous", "mettez-vous à l'abri". Dès lors, celui qui surgissait "sans crier gare" le faisait sans prévenir au préalable qu’il serait bon de se protéger. Pour ajouter à la confusion, le mot "garde", toujours au 12ème siècle, se prononçait "gar".

Populaire, l'expression évolue assez rapidement et au 16ème siècle, on préfère utiliser la formule "sans dire gare", tandis qu'au 17ème siècle, dans l’Amphitryon de Molière, on trouve la formule "dieu te gard". Les deux mots finiront par fusionner.  

Europe 1
Par Stéphane Bern