D'où vient la barre de progression de téléchargement sur les ordinateurs ?

  • A
  • A
ordinateur 4:35
Des graphiques de la fin du 19ème siècle utilisaient déjà ce principe de barre de progression (Illustration). © Pixabay/Free-Photo
Partagez sur :
Dans l'émission "Historiquement vôtre" sur Europe 1, le journaliste David Castello-Lopes est revenu sur l'origine de la barre de progression de téléchargement sur les ordinateurs. Un concept qui a réellement vu le jour dans les années 80, et qui a eu un véritable effet sur la psychologie humaine.

Le journaliste David Castello-Lopes, dans l'émission Historiquement vôtre sur Europe 1, revient tous les jours sur les origines d'un concept ou d'un objet du quotidien. Ce mardi il s'intéresse à la barre de progression du téléchargement sur les ordinateurs, à laquelle nous avons tous été confronté au moins une fois. Un principe qui s'est finalement révélé très utile pour faire patienter les hommes.

Savoir combien de temps on va attendre

"Je crois que la seule chose qui est pire qu’attendre, c’est attendre sans savoir combien de temps on va devoir attendre. Et ça arrive souvent qu’on ne sache pas combien de temps on va devoir attendre. Un train SNCF par exemple, qui s’arrête sur une voie sans raison, c’est embêtant. Mais c’est encore pire s’il n'y a pas la voix d’une dame sympa qui vous dit : 'Ne vous en faites pas, le train est cassé, nous aurons trois jours de retard'.

Et bien fondamentalement, la barre de progression de téléchargement est faite pour ça. Pour pas que l'on ait envie de se jeter par la fenêtre en attendant que les fichiers se téléchargent. Et si votre ordinateur vous dit 'temps de téléchargement : 22 ans'. Vous vous dites : '22 ans c’est long, mais ok'.

Des barres à noircir manuellement

Mais alors qui a eu cette idée brillante ? La barre horizontale que l'on noircit petit à petit pour représenter le pourcentage d’avancée d’une tâche date d’avant les ordinateurs. Il y a des graphiques de la fin du 19ème siècle utilisés dans certaines entreprises qui se servaient déjà ce principe.

Mais avec l’explosion de l’informatique, à la fin des années 1970 et début des années 1980, les gens se sont beaucoup retrouvés à attendre devant des machines électroniques que des choses se passent. Et dès ce moment-là, il y a eu des prototypes de barres de téléchargement, sous la forme par exemple d’une ligne d’astérisques qui apparaissaient au fur et à mesure qu’une tâche se complétait. C’était un peu rudimentaire parce que personne jusqu’alors n’avait étudié de façon systématique l’effet de ces barres de progression sur la psychologie humaine. 

L'impact sur la psychologie humaine par Brad Myers

Alors en 1985, un monsieur appelé Brad Myers, et qui était alors étudiant en sciences informatiques, s’est intéressé de près aux barres de progression. Il a demandé à 48 de ses camarades de chercher des résultats sur une base de données informatiques, et il s’est débrouillé pour que certains aient droit à une barre de progression et d’autres pas.

Il a découvert deux choses. La première, c'est que les gens adoraient les barres de progression. Et la deuxième, c'est que la fiabilité de la barre de progression, c'est-à-dire la mesure dans laquelle elle reflétait effectivement la vraie progression de la tâche, n’avait finalement pas d’importance. Le simple fait qu’il y ait une barre était apaisant pour les gens, même si cette barre disait n’importe quoi.

Et on comprend bien pourquoi. À partir du moment où vous avez une vague idée de combien de temps une tâche va prendre, vous pouvez par exemple vous lever pour aller boire du Schweppes. Mais plus profondément, et là je reprends les mots de Daniel Engber, un journaliste qui a beaucoup écrit sur la question, ça transforme un moment flottant et indéfini en une sorte d’histoire avec un début un milieu et une fin.

Ce n'est pas une histoire dingue non plus, mais tout de même, il y a une animation un peu dramatique. Ça provoque de l’espoir quand la barre accélère, ça sème le doute quand elle ralentit. En bref, ce sont des coups de théâtre que de voir ces barres qui se traînent puis qui tout à coup, s’excitent. Et grâce à ça, on se sent un peu mieux devant notre ordinateur.

Des barres manipulatrices

À partir des études de Brad, non seulement les barres de progression se sont développées, mais elle ont également commencé à nous manipuler de plus en plus, en utilisant ce que l'on appelle le mensonge. Vous avez sûrement déjà vu ces barres de progression avec des zébras qui avancent sur la surface de la barre. Et bien pourquoi les designers ont pensé à ça ? Tout simplement parce que ça donne l'impression que la barre est en train d’avancer, même quand elle est arrêtée.

Un peu comme si la dame du train SNCF arrêté sur la voie, ouvrait son micro, que vous l’entendiez respirer mais qu'elle ne disait rien. Elle respire juste et vous savez qu’elle est là, qu’elle pense à vous et au fait que vous êtes en train d’attendre. Alors la prochaine fois que vous vous énervez contre une barre de téléchargement, pensez plutôt que ce serait encore plus énervant si elle n’était pas là."

Europe 1
Par David Castello-Lopes, édité par Manon Fossat