Après 80 objets volés et 60.000 euros de butin, des pilleurs d'églises arrêtés

  • A
  • A
L'homme sévissait sur tout le territoire. 1:32
L'homme sévissait sur tout le territoire. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Les gendarmes de Meaux ont arrêté un homme de 58 ans qui dérobait les objets de valeurs des églises. L'homme sévissait sur tout le territoire et revendait parfois son butin sur le site Leboncoin. Il a été arrêté, ainsi que trois de ses receleurs. Le préjudice est estimé à plus de 60.000 euros. Tous seront jugés le 1er juin.  

En ce week-end pascal, les gendarmes ont fait un beau "cadeau" à de nombreuses églises de France qui étaient victimes de vols d’objets de valeur. Non seulement l’auteur des vols a été retrouvé puis arrêté, mais les enquêteurs ont surtout pu retrouver plus de 80 objets volés et les restituer en partie aux églises ou aux communes propriétaires. Le préjudice avait atteint plus de 60.000 euros.

Des objets revendus sur Leboncoin

Tout commence en novembre dernier : deux reliquaires et deux statues disparaissent de l'église d'un village de Seine-et-Marne. Mais un élu local parvient à retrouver une partie du butin sur le site de vente entre particulier Leboncoin. Il prévient les gendarmes qui interpellent un homme de 58 ans. Au domicile du suspect, les forces de l'ordre mettent la main sur le pot-aux-roses : d'autres objets saints volés. "On se rend alors compte que ce n'est pas un fait isolé et que ça concerne plus ou moins toute la France", se souvient au micro d'Europe 1 Séverine Hamel, commandante de la compagnie de gendarmerie de Meaux. 

Le suspect "avait des contacts privilégiés auxquels il revendait. Et si ces derniers n'étaient pas intéressés, il mettait son butin à la vente sur Leboncoin, ou parfois même dans une brocante." Cherchant à tirer profit de ses méfaits l'homme, néophyte sur la valeur marchande d'objets de ce type, "ne les a pas toujours estimé à leur juste valeur", rapporte également le commandante. 

Une cellule spéciale mise en place

Reste qu'une course contre la montre s'engage pour les gendarmes. Il faut en effet mettre la main sur les acheteurs, mais aussi sur les objets volés avant qu'ils ne s'évanouissent dans la nature. Une cellule spéciale est alors mise en place. Pas moins de 80 objets volés durant six mois seront retrouvés sur tout le territoire. La moitié d'entre eux ont pu être rendu à leurs propriétaires, les objets restants étant récupéré par le diocèse de Meaux. Quand au suspect, il sera jugé le 1er juin prochain, en compagnie de trois receleurs.  

Europe 1
Par Gwladys Laffitte, édité par Ugo Pascolo