"Accueillez votre meilleure recrue" : quand des footballeurs se mobilisent pour la SPA

  • A
  • A
Partagez sur :
Face au fléau des abandons, 20 footballeurs et footballeuses professionnels lancent la campagne "Accueillez votre meilleure recrue". Ils iront dans des refuges de la SPA et sensibilisent à la cause sur les réseaux sociaux, explique à Europe 1 Paul Bernardoni,​ gardien de but du Nîmes Olympique.

Des footballeurs et footballeuses professionnels s'engagent... aux côtés de la Société protectrice des animaux (SPA). Alors que 100.000 chiens et chats sont abandonnés chaque année en France, ils lancent la campagne "Accueillez votre meilleure recrue" et iront dans des refuges. Invité d'Europe 1, Paul Bernardoni, footballeur et gardien de but du Nîmes Olympique, s'estime "à fond dans la cause animale" et détaille cette initiative. 

Une campagne sur les réseaux sociaux

Le gardien de but du Nîmes Olympique s'est particulièrement intéressé à la cause depuis qu'il a "un petit chien qui a 4 ans, Berni, un beagel". Dans son club de Nîmes, où ils sont deux parmi les 20 participants de la campagne, "ils me chambrent pas mal parce qu'ils disent que je suis tout le temps avec mon chien", s'amuse Paul Bernardoni. En pleine période de mercato, lui et d'autres footballeurs ont reçu une "proposition de Players For Society, de mettre [la campagne] sur nos réseaux sociaux", raconte-t-il.

"Du fait que ce soit sur une période de mercato, avec un visuel sympa, cela a attiré l'attention. Avec notre notoriété, si on a la chance de toucher une, deux, trois personnes, on a tout gagné", estime le joueur selon qui la campagne a déjà "plutôt marché". 

Une journée dans un refuge

"C'est le moment de se rendre compte qu'on est le premier pays en Europe qui abandonne le plus ses animaux, près de 100.000 chaque année", rappelle le gardien. "Le point positif, c'est que 43.000 animaux ont été adoptés cette année. Il faut s'y intéresser parce que malheureusement trop de bêtes sont abandonnées."

 

Les 20 footballeurs et footballeuses vont passer une journée dans un refuge. "On va ramener des croquettes, des couvertures, des jouets, on va essayer d'aller laver des box, d'aller promener des chiens", liste-t-il. "On essaiera de relayer sur nos réseaux sociaux. A Nîmes, si dans les 20, 30.000 personnes qui vont voir ça, quelques-unes adoptent un animal, on aura tout gagné".

Europe 1
Par Séverine Mermilliod