Des CRS et leurs familles visés par des lettres de menaces : "Il y a un sentiment de peur"

, modifié à
  • A
  • A
1:20
© ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Plusieurs syndicats de police ont fait part jeudi de leur "effroi" et leur inquiétude après que des CRS ont reçu des courriers anonymes menaçant leurs familles de représailles. Sur Europe 1, Grégory Joron, le secrétaire général du syndicat Unité SGP-FO Police, demande des mesures d'anonymisation du personnel policier.
RÉACTION

"A partir de maintenant, ce sera œil pour œil". Plusieurs CRS ont reçu des lettres de menaces à leur domicile de cette teneur, a-t-on appris jeudi de sources syndicales. Ces courriers sont signés "ACAB", soit les initiales de "All Cops Are Bastards". Traduisez : "Tous les flics sont des salauds". Des lettres dans lesquelles les familles de ces policiers sont également menacées. Même si le Ministère de l'Intérieur a promis d'identifier les auteurs, Grégory Joron, le secrétaire général délégué du syndicat Unité SGP-FO Police, interrogé vendredi sur Europe 1, estime qu'un nouveau seuil a été franchi.

Promesse de "représailles physiques sans pitié"

"C'est évidemment très inquiétant. Il y a un sentiment de peur, qui est encore plus prégnant quand c'est l'épouse ou l'époux d'un collègue qui a ouvert le courrier. C'est arrivé à un fonctionnaire d'une compagnie. Son épouse a ouvert tranquillement le courrier, imaginez sa réaction quand elle lit des mots de menace à l'encontre de ses enfants, promettant des représailles physiques sans pitié, dès lors qu'il y aura un blessé dans des manifestations", relate Grégory Joron.

Interrogée par l'AFP, la police nationale a fait état de "trois envois", tous adressés à des CRS, en ajoutant qu'il y avait eu "dépôt de plainte" et ouverture d'une "enquête". Le syndicat Unité SGP Police FO évoque de son côté "quelques dizaines" de courriers adressés au domicile de CRS en déplacement.

Unité SGP-FO Police demande des mesures concrètes

"Les faits rapportés par @UNITESGPPOLICE sont d'une extrême gravité", a réagi sur Twitter Christophe Castaner dans la soirée. "Tout doit être fait pour identifier les auteurs de cette infamie. Je n'accepterai jamais que l'on menace ceux qui nous protègent, jusque dans leurs foyers ! Ces actes doivent être condamnés par tous", ajoute-t-il.

Mais plus que des mots, Unité SGP-FO Police demande des mesures concrètes. "Nous on souhaite que l'ensemble des policiers et des fonctionnaires de police, ainsi que le personnel administratif et scientifique, puissent être anonymisés dans tous les actes de procédures, dans tous les documents", insiste Grégory Joron. Et d'interroger : "Est-ce que notre monde, notre société, avec les difficultés qu'on a, permettent de laisser la possibilité d'identifier des policiers ? Je ne suis pas sûr".