Dans quels cas faut-il appeler le Samu ?

  • A
  • A
© PIERRE ANDRIEU / AFP
Partagez sur :
Le Samu, au cœur d’une polémique après la mort de Naomi Musenga, reçoit 30 millions d’appels par an. Certains sont abusifs, mais tous les Français n’ont pas non plus le réflexe d’appeler le 15. 

Voilà un paradoxe bien français. Le Service médical d’aide d’urgence, plus communément connu sous le nom de Samu, est un service sur-saturé. Le décès récent de Naomi Musenga, dont l'appel a été pris à la légère, l'a montré, comme il a plongé le service dans la polémique. Chaque année, 30 millions d’appels sont passés vers le 15. Soit plus de 82.000 par jour. Pourtant, un sondage publié en décembre 2014 montrait que 44% des Français ne composaient pas en priorité ce numéro en cas d’urgence médicale, lui préférant l’appel au médecin traitant oi la visite aux urgences. Ce paradoxe montre le flou qui entoure la notion d’urgence quand il s’agit des questions de santé.

"Malaise", "hémorragie", "douleur thoracique", "intoxication", "etc." La réponse même du gouvernement, sur son site internet, laisse une grande part de flou. "Le Service d'aide médicale urgente (SAMU) peut être appelé pour obtenir l’intervention d’une équipe médicale lors d’une situation de détresse vitale, ainsi que pour être redirigé vers un organisme de permanence de soins (médecine générale, transport ambulancier,…)", peut-on lire sur gouvernement.fr. Le site donne quelques exemples : "malaise", "coma", "hémorragie", "douleur thoracique", "difficultés respiratoires", "brûlure", "intoxication"… Une liste qui se termine par un évasif "etc."

"Urgence grave ou suspicion d’urgence grave". "L'appel au 15 n'est légitime que lorsqu'il y a une urgence grave ou une suspicion d'urgence grave", expliquait en décembre 2014, après la parution du sondage, Marc Giroud, alors président du Samu de France, dans Le Figaro. "Les personnes sondées ont parfaitement raison d'appeler en premier lieu le médecin traitant pour des urgences médicales comme une poussée de fièvre", poursuivait-il.

Les appels malveillants ou les canulars sévèrement punis. Reste les appels malveillants ou les canulars. Ceux-là ne font rire personne, surtout pas les principaux intéressés. Ni le législateur, d’ailleurs. L’article 223-5 du Code Pénal prévoit ainsi que "Le fait d’entraver volontairement l’arrivée de secours destinés à faire échapper une personne à un péril imminent ou de combattre un sinistre présentant un danger pour la sécurité des personnes est puni de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende".

"Il vaut mieux appeler pour rien que l'inverse". Néanmoins, il ne faut pas trop hésiter à appeler le Samu en cas de doute. "Personne ne dérange les urgences, elles sont là pour cela", rappelait Marc Riboud au Figaro. "Il vaut mieux appeler pour rien que l'inverse". Cela est surtout vrai pour le soir et le week-end, où l’offre de soins est beaucoup moins importante. Le Samu est aussi là pour prodiguer des soins médicaux par téléphone, ou, si la situation l’exige, vous réorienter vers des médecins de garde.

 

La jungle française des numéros d’urgence

15 : Service d’aide médicale d’urgence (Samu)
17 : Police ou gendarmerie
18 : pompiers
112 : numéro d’appel d’urgence européen, qui en France redirige vers les pompiers ou le Samu
114 : Centre national relais pour les personnes sourdes ou malentendantes
115 : Samu social
116 117 : médecins de garde, mis en place uniquement dans certains départements
119 : enfance maltraitée
36 24 : SOS médecins