Crues : sur le bassin d'Arcachon, "une situation compliquée pendant au moins une semaine"

  • A
  • A
Les eaux ont fortement monté dans le Sud-Ouest. Photo d'illustration. 1:39
Les eaux ont fortement monté dans le Sud-Ouest. Photo d'illustration. © AFP
Partagez sur :
Alors que 19 départements restent mardi en vigilance orange pour crues, les eaux continuent de monter dans le Sud-Ouest. Au Teich, sur le bassin d'Arcachon, les autorités s'attellent au pompage, tandis que dans certaines habitations, les inondations compliquent l'évacuation des eaux usées. 
REPORTAGE

Les eaux continuent de monter dans le Sud-Ouest. Mardi, 19 départements restaient en vigilance orange pour crues, selon Météo-France. Dans la nuit, une évacuation préventive a été organisée pour 150 habitants d'Argentat-sur-Dordogne, en Corrèze, et une septuagénaire est morte lundi dans l'effondrement de sa maison dans le Lot, après l'éboulement d'une falaise provoqué par les intempéries. Les inondations ont aussi fait des dégâts dans certains secteurs du bassin d'Arcachon. 

Dans la commune du Teich par exemple, les sols sont saturés d'eau, et ce alors que les coefficients de marée restaient encore élevés mardi. En réponse aux intempéries, les autorités ont mis en place des pompes, notamment pour protéger un quartier menacé. "Le quartier de Lamothe a deux exutoires d'eaux pluviales qui s'écoulent dans un bras de l'Eyre et aujourd'hui, vu qu'elle est sortie de son lit, les exutoires ne sont plus fonctionnels", explique à Europe 1 Baptiste Olmos, technicien au Syndicat intercommunal du bassin d'Archachon (SIBA), en charge de l'opération. "Donc pour pallier les inondations, on a installé du pompage."

Cette initiative rassure Eric, qui habite le quartier et surveille de très près le niveau de l'eau dans son jardin. "Là, nous avons un puits où on peut s'apercevoir du niveau de la nappe phréatique, qui est à 1,50-2 mètres de nous", décrit-il. 

La difficile évacuation des eaux usées

"Les crues du mois de mai nous avaient été annoncées comme exceptionnelles et centennales", se rappelle-t-il, puis, en décembre, "on nous a annoncé une crue cinquantennale. Et maintenant, c'est mensuel". 

Dans certaines habitations, c'est l'évacuation des eaux usées, douches et toilettes, qui pose désormais problème. "La plupart d'entre nous n'avons plus l'utilisation de nos sanitaires. Les eaux usées peuvent ne pas s'évacuer", indique Sabine Jeandenand, qui dirige le SIBA. Et d'ajouter : "Mercredi, il n'y a plus de pluie annoncée mais on va rester dans une situation compliquée pendant au moins une semaine, le temps que tous les réseaux se lessivent."

Europe 1
Par Stéphane Place, édité par Antoine Terrel