Corse : touchée par les incendies, la commune de Calenzana se mobilise pour un jeune éleveur en détresse

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
À Calenzana, en Haute-Corse, un jeune éleveur de chèvres a perdu les trois quarts de ses terres dans l'incendie qui a touché la commune de Calenzana, près de Calvi. 
REPORTAGE

Les feux ne sont toujours pas éteints. En Haute-Corse, après les terribles incendies qui ont frappé la commune de Calenzana, près de Calvi, près de 1.300 hectares de végétation sont partis en fumée. Personne n'a été blessé, mais plusieurs propriétaires ont subi de lourds dégâts matériels, comme Noël Liccia, enfant de la commune, qui a vu les trois quarts de ses pâturages partir en fumée en quelques heures.

"Beaucoup de choses qui font mal au cœur". "Ça fait un an qu'on travaille", raconte le jeune homme de 23 ans au micro d'Europe 1. "On s'est dit que ça pouvait brûler au mois d'août donc on a nettoyé les arbres. Mais au final, en plein mois de février, quand c'est improbable, tout brûle. Ce sont beaucoup de choses qui font mal au cœur." Seule la bergerie et ses bêtes ont pu être sauvés avec l'aide des pompiers.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Des dons venus d'un peu partout. Depuis l'incendie, la commune de 2.300 habitants, connu pour être la porte d'entrée du célèbre GR20, se mobilise pour Noël Liccia, que tout le monde connaît. "J'ai eu pas mal de dons, d'éleveurs, d'agriculteurs, de la famille, des amis… C'est un peu dur mais ça va, je ne suis pas seul du tout, heureusement", se console-t-il. 

Les trois prochains mois seront difficiles. Il a principalement reçu des ballots de foin et est en bonne voie pour se faire aider à reconstruire les canalisations. "Ce jeune homme a une famille honorablement connue à Calenzana où ils ont travaillé toute une vie et économisé pour installer leur fils unique dans cette exploitation", raconte le maire, Pierre Guidoni. "J'espère qu'il y aura une solidarité qui ira au-delà de la commune pour qu'il puisse poursuivre son activité." Les trois prochains mois seront sans doute les plus difficiles. Après, les chèvres partiront en transhumance et son activité pourra tant bien que mal reprendre un cours normal grâce à l'entraide locale.