Cancers pédiatriques à Sainte-Pazanne : trois nouveaux cas confirmés et de nouveaux signalements

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le collectif "Stop au cancer de nos enfants" de Sainte-Pazanne avait lancé un appel à témoignages vendredi. Ce week-end, plusieurs mails ont fait état de nouveaux cas de cancers pédiatriques dans le secteur.

L'inquiétude est encore montée d'un cran à Sainte-Pazanne, petite commune de 6.500 habitants en Loire-Atlantique, où neuf cas de cancers pédiatriques ont été recensés, dont trois mortels. Après cette information que vous révélait Europe 1 vendredi matin, le collectif "Stop au cancer de nos enfants" a reçu de nombreux signalements ce week-end, ce qui a permis de confirmer trois nouveaux cas, portant le nombre total à douze.

"De nouveaux témoignages". Les jeunes victimes résident toutes dans une même commune jouxtant Sainte-Pazanne. L'une d'entre elles souffre de leucémie. "Il y a deux enfants qui sont actuellement en traitement, et un autre qui est en stade de rémission", précise Marie Thibaud, la fondatrice du collectif de parents, au micro d'Europe 1. Selon elle, il y aurait "éventuellement" d'autres cas. Plusieurs nouveaux témoignages ont en effet été reçus par le collectif, et attendent la confirmation des autorités médicales. "Ça fait beaucoup, là. Beaucoup trop", dénonce Marie Thibaud.

Pour contacter le collectif, voici l'adresse email à utiliser : collectif.sce@gmail.com

"On a très peur pour nos enfants". Dans la commune et ses environs, l'anxiété est de plus en plus vive. À la sortie de l'école Maurice-Pigeon, les familles s'entretiennent dans un climat tendu, inquiet. "J'ai un petit garçon de quatre ans, alors j'angoisse. Après, on ne va pas non plus déménager. On n'est jamais à l'abri de quoi que ce soit, de toutes façons", se rassérène une mère. "On a très peur pour nos enfants, on se demande s'ils vont être touchés. On ne sait pas du tout d'où ça vient, donc c'est très inquiétant", glisse une autre.

Si on se perd ici en conjectures, beaucoup privilégient le facteur environnemental. "L'été, il y a souvent l'épandage, et les odeurs viennent se perdre dans nos jardins. Est-ce que ça viendrait de ça…? On se pose la question", tente une habitante. Pour essayer de comprendre ce qui se joue vraiment, une réunion publique se tiendra jeudi soir à Sainte-Pazanne avec l'Agence régionale de santé (ARS).

Europe 1
Par François Coulon, édité par Anaïs Huet