Bouteille à la mer et parc d’attractions en Chine : le Titanic continue de fasciner

  • A
  • A
Plus de 100 ans après son naufrage tragique et près de 25 ans après la sorite du film de James Cameron, le Titanic continue de fasciner. 3:03
Plus de 100 ans après son naufrage tragique et près de 25 ans après la sorite du film de James Cameron, le Titanic continue de fasciner. © Capture d'écran Allociné
Partagez sur :
D'ici une dizaine d'années, le Titanic aura peut-être totalement disparu, rongé par le sel et les bactéries. Alors le célèbre navire ne pourra plus compter que sur sa seule légende pour survivre. Une légende toujours vivace, en atteste le parc d'attraction à son effigie en Chine, mais aussi un message retrouvé sur une plage du Canada et potentiellement écrit par l'une des passagères.

"Je jette cette bouteille à la mer au milieu de l'Atlantique. Nous devons arriver à New York dans quelques jours." Ce message est celui retrouvé en 2017 dans une bouteille échouée sur une plage du Canada. Alors, est-il l'œuvre d'un passager du Titanic ? Aurait-il pu dériver une centaine d'années en mer ? Les premiers résultats laissent planer le doute fascinent aujourd'hui encore, comme le paquebot réputé insubmersible mais victime d'un naufrage en 1912. Pour preuve, un parc d'attractions dédié à sa légende verra bientôt le jour en Chine. Deux histories qui démontrent que le mythique navire n'a rien perdu de son pouvoir de fascination.

Cette lettre a-t-elle réellement été écrite par une passagère du navire ?

La bouteille à la mer, d'abord. Ce que l'on sait, c'est que la signataire de la lettre, Mathilde Lefèvre, figurait bien sur la liste des passagers du navire. C'était une petite fille de 12 ans, originaire de Liévin en France, et qui voyageait en troisième classe avec sa mère et ses frères et sœurs pour rejoindre son père expatrié au Nouveau Monde. Un père qui ne reverra malheureusement jamais sa famille après le naufrage.

Les constatations matérielles laissent aussi penser que la bouteille pourrait bien dater du début du 20e siècle, au vu de sa composition chimique et de la qualité du verre. Même chose pour le papier et l'encre utilisée. Pour autant, difficile de comprendre comment la bouteille a pu être découverte en 2017, 105 ans plus tard, sur les côtes canadiennes. La probabilité que les courants marins de l'époque la portent vers l'Europe était en effet beaucoup plus forte.

Autre élément qui pose question : l'écriture manuscrite. Elle semble un peu trop personnelle pour une petite fille, éloignée en tout cas de la norme cursive enseignée dans les écoles de la Troisième République. Conclusion donc pour le moment : les scientifiques ne peuvent toujours pas se prononcer et écarter définitivement la possibilité d'un canular, qui serait à la fois cruel et rudement bien fait.

Un futur parc d'attraction en Chine

Le Titanic continue donc de fasciner partout dans le monde. À l'image de la démesure du navire, un projet pharaonique est en train de voir le jour en Chine : une réplique est en cours de construction au milieu des champs, dans le sud-ouest du pays. Ce sera un futur parc d'attractions. Cette reproduction grandeur nature ne ressemble pour l'instant qu'à un vaste amas de taules entourées d'échafaudages. Mais c'est une copie comme seuls les Chinois savent en fabriquer. De la salle à manger aux poignées de portes, tout est conforme à l'original, qui gît toujours par 4.000 mètres de fond.

L'idée a germé dans l'esprit d'un millionnaire, Su Shaojun, passionné par l'histoire du paquebot géant, mais surtout homme d'affaires avisé. "Nous allons attirer des touristes du monde entier. On estime le nombre de visiteurs entre 2 et 5 millions chaque année. Avec une telle fréquentation, le retour sur investissement est assuré", a-t-il expliqué au micro d'Europe 1.

Les visites se feront au rythme de la bande originale du célèbre film de James Cameron. Autre clin d'œil au cinéma : c'est Bernard Hill, l'acteur britannique qui jouait le rôle du capitaine dans le Titanic de James Cameron, qui prendra la barre lors de la cérémonie d'ouverture.

Après six ans de travaux et 150 millions d'euros investis, ce Titanic Land devrait accueillir ses premiers passagers à la fin de l'année pour de vraies-fausses croisières sur la terre ferme. Facturées quand même 250 euros la nuit. 

Europe 1
Par Jean-Jacques Héry & Sébastien Le Belzic, édité par Justine Hagard