Aube : un homme soupçonné d'avoir tué sa femme mis en examen et écroué

  • A
  • A
L'homme a reconnu les faits en garde à vue, expliquant que son mobile était la "jalousie". (Photo d'illustration)
L'homme a reconnu les faits en garde à vue, expliquant que son mobile était la "jalousie". (Photo d'illustration) © CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :
Soupçonné d'avoir tué sa femme, dont le corps a été retrouvé dans le cabanon de jardin de leur domicile, un homme de 64 ans a été mis en examen jeudi. 

Un homme a été mis en examen jeudi pour "homicide volontaire par conjoint", soupçonné d'avoir tué sa femme de deux coups de carabine à Romilly-sur-Seine, dans l'Aube, avant de tenter de se suicider, a-t-on appris auprès du procureur de Troyes.

"Convaincu que son épouse le trompait"

L'homme de 64 ans a été placé en garde à vue mardi après avoir été hospitalisé pendant une semaine, suite à sa tentative de suicide. Il est soupçonné d'avoir tué sa femme de 62 ans, dont le corps a été retrouvé le 13 août dans le cabanon de jardin de leur domicile à Romilly-sur-Seine. "Les faits ont été commis dans le jardin, des traces ont été relevées, non pas de lutte, mais montrant que les faits s'y étaient produits", avait indiqué le parquet peu de temps après la découverte du corps.

Selon le procureur de Troyes, Olivier Caracotch, l'homme a reconnu les faits en garde à vue, expliquant que son mobile était la "jalousie". "Il s'est convaincu que son épouse le trompait", a indiqué à l'AFP Olivier Caracotch, précisant qu'aucun signalement antérieur n'avait été réalisé par la victime pour des faits de violences.

94 féminicides depuis janvier

Selon une source proche du dossier, dans des lettres retrouvées à proximité du corps de la victime, l'homme évoque une liaison supposée de sa compagne avec un autre homme. Le couple de commerçants était gérant d'un bar-tabac à Romilly-sur-Seine.

En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales, soit une tous les trois jours, selon le ministère de l'Intérieur. Le Collectif Féminicides par compagnon ou ex a lui comptabilisé 94 cas depuis le début de l'année, en tenant compte de celui de l'Aube.