Attaques de l'Aude : un "hommage national" sera rendu à Arnaud Beltrame

, modifié à
  • A
  • A
Arnaud Beltrame est mort après s'être substitué à une otage du tueur djihadiste de l'Aude.
Arnaud Beltrame est mort après s'être substitué à une otage du tueur djihadiste de l'Aude. © LA GAZETTE DE LA MANCHE / AFP
Partagez sur :
Un hommage national sera rendu au gendarme Arnaud Beltrame, tué dans les attaques de l'Aude vendredi, a indiqué l'Elysée. 

Un "hommage national" sera rendu au lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, tué lors des attaques terroristes de l'Aude, a annoncé l'Elysée samedi.

"Tombé en héros". Arnaud Beltrame est mort après s'être substitué à une otage du tueur djihadiste de l'Aude, dans le supermarché de Trèbes, vendredi. "En donnant sa vie pour mettre un terme à l'équipée meurtrière d'un terroriste djihadiste, il est tombé en héros", avait souligné le président Emmanuel Macron, dans l'un des très nombreux hommages rendus au défunt samedi.

Les services chargés des personnes radicalisées convoqués. Le président de la République a en outre "demandé la convocation cette semaine par les préfets de l'ensemble des groupes d'évaluation départementale suivant les individus ayant fait l'objet de signalements pour radicalisation", ajoute l'Elysée dans un communiqué diffusé à l'issue d'un Conseil restreint de défense samedi. Le groupe d'évaluation départementale (GED) rassemble autour du préfet les services de renseignement, les services de police et de gendarmerie, les parquets, et l'administration pénitentiaire. Ce groupe évalue l'ensemble des signalements et décide des mesures de suivi policier. Selon Beauvau, "ces réunions ont pour objet de rappeler les consignes de vigilance après un tel acte". 

L'enquête menée sous l'autorité du procureur de la République de Paris, qui "mobilise plusieurs centaines d'enquêteurs, doit faire toute la lumière sur les éventuels liens du terroriste avec Daech", qui a revendiqué l'attentat, a ajouté le communiqué de la présidence de la République, ainsi que sur "les complicités dont il aurait pu bénéficier pour mener à bien ses attaques, ainsi que sur les étapes de son parcours de radicalisation".

Prise en charge des blessés. Après que le Conseil a "salué la mémoire" du lieutenant-colonel, Emmanuel Macron "s'est assuré de la bonne prise en charge médicale et psychologique des personnes blessées et de leurs proches impliquées dans cet attentat", en souhaitant un suivi "individuel et personnalisé", poursuit le communiqué. Quatre morts sont à déplorer dans les attaques de l'Aude, ainsi que trois blessés, dont l'un était entre la vie et la mort samedi.