Arnaud Montebourg : "L'apiculture est une fonction fondamentale qui rend service à l'humanité"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Chez Anne Roumanoff, l'ex-ministre, désormais producteur de miel, évoque son nouveau secteur d'activités et le métier d'apiculteur.

ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

De la politique au miel, il n'y a qu'un pas, ou presque. Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Économie sous François Hollande, est désormais producteur de miel. Il a fondé sa marque "Bleu Blanc Ruche". Chez Anne Roumanoff vendredi, il évoque cette nouvelle vie et le monde de l'apiculture qui est menacé.

"35% de l'alimentation humaine dépend de l'activité pollinisatrice". Si la page de la politique est tournée pour Arnaud Montebourg, son ancienne activité n'est jamais très loin même quand il est question d'apiculture. "J'ai une analyse de la question du miel qui est géopolitique", explique l'ancien ministre de l'Économie. Au micro d'Europe 1, il dénonce ainsi le miel qui est devenu "un outil de spéculation mondialisée", coupé et fabriqué "dans les grandes usines à miel artificielles asiatiques" qui casse les prix du produit. "Quand on casse le prix du miel avec du sirop de sucre dix fois moins cher, on ne rémunère plus l'apiculteur. Il fait faillite, part à la retraite ou n'est pas remplacé et plus personne n'occupe cette fonction fondamentale", fait valoir Arnaud Montebourg.

L'ancien homme politique insiste. L'apiculture est une activité fondamentale pour nos sociétés "car elle rend un service à l'humanité". "35% de l'alimentation humaine dépend de l'activité pollinisatrice des abeilles. Quand vous avez un effondrement du niveau des abeilles, vous avez une chute de la pollinisation et votre nourriture est menacée", rappelle le producteur de miel.

"Les menaces qui pèsent sur les abeilles sont toujours présentes". Avec sa marque "Bleu Blanc Ruche", Arnaud Montebourg a mis en place un système pour aider les apiculteurs. "Les clients payent le pot quelques centimes de plus, qui vont à l'apiculteur, qui le réinvestit dans les ruches", explique-t-il. "L'apiculture est une activité complexe et difficile. Je ne veux pas laisser croire que l'activité apicole se fait toute seule. Elle ne se fait plus toute seule, car les menaces qui pèsent sur les abeilles sont toujours présentes", conclut Arnaud Montebourg.