Appels aux suicides de policiers : "le paroxysme de la haine", selon le syndicat Alliance

  • A
  • A
Vingt-huit policiers se sont suicidés en 2019. (Photo d'illustration)
Vingt-huit policiers se sont suicidés en 2019. (Photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Un responsable du syndicat Alliance estime que le "paroxysme de la haine" anti-policiers a été atteint samedi, lors de l'acte 23 des "gilets jaunes", quand certains manifestants ont scandé à plusieurs reprises "Suicidez-vous" aux forces de l'ordre.

Les slogans "suicidez-vous, suicidez-vous" lancés aux forces de l'ordre samedi à Paris lors de l'acte 23 des "gilets jaunes" montrent que le "paroxysme de la haine" anti-policiers a été atteint, a affirmé à l'AFP un responsable du syndicat Alliance.

"On atteint le paroxysme de la haine. Ces propos sont intolérables et inacceptables", a déclaré Frédéric Lagache, délégué général du premier syndicat chez les gardiens de la paix. "C'est une insulte aux policiers décédés, à leurs familles et à toute l'institution", a-t-il ajouté, appelant à identifier les responsables.

À plusieurs reprises dans le cortège parisien des "gilets jaunes", samedi, des manifestants ont crié "Suicidez-vous, suicidez-vous" aux forces de l'ordre, alors que la police est touchée par une vague de suicides sans précédent depuis le début de l'année.

Le syndicat Unité SGP Police a lui dénoncé une "ignominie" et un "scandale" tandis qu'Alternative Police CFDT appelait les autorités à mettre un terme à cette "déferlante haineuse anti-flic". Ces slogans ont également soulevé une vague d'indignation samedi dans la classe politique, de LREM au PS en passant par LR. "Honte à ceux qui se sont livrés à une telle ignominie !", a tweeté le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. 

Le 23ème samedi de manifestation des "gilets jaunes", mobilisés depuis cinq mois en France, a été marqué par de nouvelles violences à Paris, avant les réponses attendues jeudi d'Emmanuel Macron à la crise.