Agressions sexuelles dans les VTC : "Je suis restée figée, en mode survie", témoigne une victime

, modifié à
  • A
  • A
Uber a d'ailleurs perdu son permis londonien pour cette insécurité. 1:11
Uber a d'ailleurs perdu son permis londonien pour cette insécurité. © DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Partagez sur :
Depuis maintenant quelques semaines, de nombreuses femmes victimes de harcèlement sexuel témoignent de l'insécurité qui règne à bord des VTC de la plateforme Uber sous le sous le mot dièse #UberCestOver. Marlène Schiappa a rencontré les dirigeants français de la plateforme ce jeudi. 
TÉMOIGNAGE

Uber a été appelé à s'expliquer ce jeudi après un déferlement de témoignages sur les réseaux sociaux, sous le mot dièse #UberCestOver. Les dirigeants de la plateforme ont été reçus par la secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes Marlène Schiappa, qui demande des mesures après des centaines de récits d'agressions sexuelles par des chauffeurs VTC. Europe 1 a rencontré l'un d'elles, Camille, victime de son chauffeur alors qu'elle rentrait chez elle après un concert.

"Il a commencé à me dire, 'je suis sûr que tu es chaudasse, que tu aimes le sexe, que tout ça te plait'. À un moment, je vois qu'il baisse son jogging et j'ai eu le réflexe de tourner la tête parce que je me suis dit que ce n'était pas possible, que ce n'était pas en train d'arriver.

Et là, il commence à me dire 'regarde tu m'excites'. Tout ça a duré 45 minutes, je suis restée figée, en mode survie. Je me suis dit que je devais rentrer chez moi.

Je suis sortie en courant, j'ai vite refermé la grille, et c'est quand je me suis retrouvé dans le hall de mon immeuble que j'ai réalisé et je fonds en larmes d'un coup."

Europe 1
Par Caroline Baudry, édité par Ugo Pascolo