Agression sexuelle : mis en cause, le rappeur Roméo Elvis s'excuse

  • A
  • A
Roméo Elvis 2000*1000
Le rappeur a fait son mea culpa sur les réseaux sociaux ce mercredi. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
Le rappeur Roméo Elvis, accusé d'agression sexuelle sur les réseaux sociaux, a fait son mea culpa ce mercredi. Évoquant une "erreur à ne pas faire", il a indiqué ne "pas être fier de cette situation et espérer servir d'exemple à ne pas suivre".

Accusé d'agression sexuelle sur les réseaux sociaux, le rappeur Roméo Elvis a regretté "d'avoir utilisé ses mains de manière inappropriée sur quelqu'un", croyant répondre à une invitation qui n'en était pas une", mercredi sur son compte Instagram.

"Je regrette sincèrement ce geste"

"Je regrette sincèrement ce geste et surtout, je réitère publiquement les excuses déjà exprimées de nombreuses fois en privé et en personne", poursuit le frère d'Angèle, une des nouvelles voix du mouvement #MeToo avec son tube "Balance ton quoi". Angèle s'est également exprimée sur ses réseaux sociaux : "Je condamne les actes qui vont à l'encontre de mes principes. C'est d'autant plus important qu'il s'agit d'un proche et heurtant de l'apprendre ainsi". "Une prise de conscience globale est à venir et un changement des mentalités s'impose, encore, toujours et partout", insiste la chanteuse. Angèle, déjà très exposée sur les réseaux sociaux en temps normal - soutenue par ses fans ou critiquée par ceux qui ne l'aiment pas - s'est retrouvée depuis mardi au cœur d'une vague de tweets "Balance ton frère".

"Une erreur à ne pas faire"

Roméo Elvis dit avoir arrêté son geste "dans les instants qui ont suivis dès (qu'il a) compris". "Ce qui est trop souvent vu comme un acte banal est une erreur à ne pas faire", ajoute le rappeur avant de conclure : "Je ne suis pas fier de cette situation et espère servir d'exemple à ne pas suivre". "(Roméo Elvis) m'a agressée sexuellement #balancetonrappeur", pouvait-on lire mardi sur une story d'un compte ne permettant pas d'identifier l'autrice. Cette dernière publiait également des captures d'écran de l'artiste lui disant qu'il était "une merde sur le coup" et avait "vraiment honte".

Cette affaire survient alors que le rap défraie la chronique dans la rubrique faits divers. Une enquête a ainsi été ouverte à Paris pour "violences volontaires", "agressions sexuelles" et "menaces de mort" après les plaintes de trois femmes contre le rappeur parisien Moha La Squale.