Agression du couple Tapie : leurs blessures révélées en photo

, modifié à
  • A
  • A
Bernard Tapie 1:11
Les séquelles visibles sur le visage de Bernard Tapie laissent entrevoir la violence du cambriolage subi par le couple. © FAMILY HANDOUT / AFP
Partagez sur :
Deux jours après le cambriolage subi par Bernard et Dominique Tapie, des photos dévoilés par la famille montrent la violence des malfrats qui se sont introduits au domicile du couple, en Seine-et-Marne. L'enquête est toujours en cours pour retrouver les coupables, qui sont pour l'instant toujours en fuite.  

Un œil injecté de sang, les joues et les lèvres tuméfiées pour Bernard Tapie, un œil "au beurre noir" et le nez bleui par les coups pour Dominique Tapie, sa femme. Les photos révélant les blessures du couple Tapie prouvent la violence du cambriolage qu'ils ont subi dans la nuit de samedi à dimanche, au cours duquel ils ont été frappés et ligotés. Une enquête a d'ailleurs été ouverte des chefs de vol en bande organisée et séquestration.

BT
DT

Photos @FAMILY HANDOUT / AFP

Ligoté avec des câbles électriques

Une circonstance aggravante punie sévèrement par la loi : les quatre malfrats, toujours en fuite pour l'heure, risquent 20 ans de réclusion criminelle. Selon les premiers éléments de l'enquête, les hommes cagoulés et gantés se sont introduits au domicile du couple, à Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne, par l'une des fenêtres des chambres situées au premier étage. Ils ont surpris Dominique et Bernard Tapie dans leur sommeil.

L'ancien homme d'affaires a été assommé par un coup de matraque et ligoté avec des câbles électriques, avant de s'en prendre à Dominique Tapie. D'après l'un de ses fils, elle a été traînée par les cheveux de salle en salle pour qu'elle révèle l'emplacement d'un prétendu trésor. Mais ils n'ont rien trouvé. Finalement, les quatre agresseurs sont repartis avec deux montres et des bijoux. 

Un acte "particulièrement abject"

Interrogée sur le sujet, dimanche dans le Grand Rendez-vous Europe 1/Les Échos/Cnews, la ministre déléguée chargée de la citoyenneté, Marlène Schiappa, a assuré que la police judiciaire était mobilisée pour retrouver les agresseurs. "Faire un cambriolage, ligoter des personnes est déjà particulièrement indigne au-delà d'être bien évidemment illégal", a réagi la ministre. "Mais quand on sait, et c'est de notoriété publique, que Bernard Tapie est malade, je trouve que c'est particulièrement abject", poursuit-elle, adressant un message de soutien à Bernard Tapie et son épouse.

Europe 1
Par Justin Morin, édité par Ugo Pascolo