"Acte 14" : ce que préparent les "gilets jaunes" pour les trois mois du mouvement

  • A
  • A
Samedi dernier, le ministère de l'Intérieur avait fait état de 51.400 manifestants en France, dont 4.000 à Paris.
Samedi dernier, le ministère de l'Intérieur avait fait état de 51.400 manifestants en France, dont 4.000 à Paris. © GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :
Pour la quatorzième fois, les "gilets jaunes" ont prévu de manifester dans toute la France ce week-end. À Paris, la majorité des troupes devrait toutefois préférer le dimanche au traditionnel samedi. L'occasion de célébrer les trois mois du mouvement.

Les "gilets jaunes" fêtent leur anniversaire. Trois mois après le début du mouvement, les manifestants entendent à nouveau se réunir partout en France ce week-end, pour la quatorzième fois depuis novembre. Si la mobilisation semble s'éroder - ils étaient 51.400 la semaine dernière selon la police, 118.222 selon le "Nombre jaune" - certains misent désormais sur le dimanche pour remotiver les troupes, plutôt que sur l'habituel samedi.

>>Europe 1 fait le point sur les mobilisations prévues

Ce qui est prévu à Paris

Un "dimanche jaune" pour les trois mois du mouvement. L'"acte 14" ne sera pas vraiment comme les autres, dans la capitale, où le gros des manifestants devrait se rassembler dimanche, et non samedi. Pourquoi dimanche ? D'abord parce que le 17 février marque l'anniversaire exact du début de la mobilisation. Mais aussi parce que "cela permet d'associer les salariés, les retraités, les familles et les commerçants et artisans qui travaillent le samedi", avance dans les colonnes du Parisien Benjamin Cauchy, un "gilet jaune" toulousain pourtant décrié au sein-même du mouvement.

Quelque 1.200 personnes ont déjà prévu de participer à l’événement Facebook "ACTE 14 - Tous à Paris pour le Dimanche Jaune - Acte XIV", tandis que 8.200 autres se disent "intéressées". Pour rappel, 4 000 personnes avaient été comptabilisées à Paris samedi dernier, selon le ministère de l'Intérieur.

acte14

La manifestation, déclarée, est décrite comme "pacifique". Si le trajet paraît encore flou, les organisateurs appellent à se retrouver à 11 heures au niveau de l'Arc de Triomphe, avec un départ du cortège à 13 heures pour "un parcours déclaré de 7 kilomètres", qui passerait "a priori" par les Champs-Élysées, l'Assemblée nationale, le ministère du Travail, le Mur pour la Paix et le Champ-de-Mars.

"Insurrection" et "nuit jaune" samedi. Néanmoins, certains "gilets jaunes" se réuniront dès samedi. Deux événements appellent ce jour-là à "l'insurrection" dans les rues de la capitale. L'un d'eux est prévu dès 11h30 et vise à "bloquer la place de l'Étoile le plus longtemps possible". Près d'un millier de personnes ont déjà annoncé leur participation. Environ 4.800 autres sont "intéressées". Un autre, nommé "Acte XIV Insurrection !!!", encourage pour sa part les manifestants à se rendre au Palais de l'Élysée, de 17 heures à 20 heures.

insurrection

Thierry-Paul Valette, à la tête de la liste "Rassemblement des gilets jaunes citoyens" pour les élections européennes, participera quant à lui à un rassemblement sur la place de la République, à partir de 17 heures, pour une "nuit jaune" qui verra les citoyens débattre sur le thème du RIC. "Nous profiterons de cette quatrième édition pour sensibiliser sur l'antisémitisme et les derniers actes de dégradation indignes et contraires à nos valeurs", précisent également les organisateurs.

Ce qui est prévu en régions

Rassemblements en centre-ville à Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Lille… Ailleurs en France, la plupart des rassemblements devraient avoir lieu samedi. Les "gilets jaunes" se sont notamment donné rendez-vous à 14 heures place Bellecour à Lyon, à 13 heures place de la Bourse à Bordeaux, dès 10 heures, place de la République à Strasbourg ou à partir de 12h30 place de la République à Lille. Les "motards en colère" manifesteront également samedi dans la capitale des Hauts-de-France pour protester contre la limitation de vitesse à 70 km/h sur les périphériques de la ville, fait savoir La Voix du Nord. Des rassemblements sont aussi attendus à Nantes et Marseille.

"Retour aux sources" à Toulouse. Les "gilets jaunes" de Haute-Garonne annoncent de leur côté "un retour aux sources". Si au moins deux rassemblements sont prévus en centre-ville dans la journée, le groupe Facebook "Gilets Jaunes 31" a décidé d'agir en périphérie, notamment sur les ronds-points, comme cela avait été le cas le 17 novembre 2018. Une alternative censée "répondre à l'appel des petits commerçants" et "limiter les violences policières". Le dépôt de carburant de Fondeyre pourrait ainsi être bloqué par les manifestants, tout comme le péage d'Eurocentre.

Des agents de sécurité déployés à Montpellier. À Montpellier, la Chambre de commerce et de l'industrie a annoncé le déploiement de 130 agents de sécurité pour protéger les commerces des casseurs.

Où seront les figures du mouvement ?

Priscillia Ludosky, l'une des figures du mouvement, sera elle dans le Tarn samedi, où elle doit participer à un débat à Castres avec Etienne Chouard, le militant controversé qui a soufflé aux "gilets jaunes" l'idée du RIC.

Malgré sa comparution vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Paris, Eric Drouet assure par le biais de son avocat qu'il sera lui aussi mobilisé pour ce quatorzième week-end d'action. Le parquet a requis un mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende contre le chauffeur routier, accusé d'avoir organisé le 2 janvier dernier dans la capitale "une manifestation sans autorisation préalable". La décision du juge  sera rendue le 29 mars prochain.

Dans un sondage réalisé mercredi dans son groupe "la France en colère !!!", Eric Drouet demandait à ses membres s’ils se sentent "fatigués" et s’ils voulaient arrêter. Vendredi en fin d'après-midi, plus de 19.000 avaient répondu "non, jamais", contre 277 "oui".

sondage

Selon un sondage de l'institut Elabe pour BFMTV diffusé mercredi, les Français, eux, sont désormais 56% à penser que la mobilisation doit s'arrêter. Près de six sur dix (58%) maintiennent malgré tout leur sympathie envers les manifestants. 

Europe 1
Par Thibauld Mathieu