Accusations de viol : six pompiers de Paris vont être présentés à un juge d'instruction

, modifié à
  • A
  • A
Des pompiers auraient laissé entrer trois femmes étrangères dans leur caserne du 14ème arrondissement de Paris.
Des pompiers auraient laissé entrer trois femmes étrangères dans leur caserne du 14ème arrondissement de Paris. © Capture d'écran Google Street View
Partagez sur :
Six des sept pompiers de Paris placés en garde à vue ce week-end dans le cadre d'une enquête de flagrance pour "viol en réunion" vont être présentés à un juge d'instruction lundi, indique le parquet de Paris.

Six sapeurs-pompiers de Paris qui étaient en garde à vue depuis samedi dans le cadre d'une enquête pour "viols en réunion" vont être présentés dans la journée à un juge d'instruction en vue de leur mise en examen, a annoncé lundi le parquet.

Au total, huit soldats du feu avaient été placés en garde à vue samedi après la plainte d'une étudiante norvégienne de 20 ans qui dénonçait des faits de viol en réunion survenus dans la nuit de vendredi à samedi, selon une source proche du dossier, confirmant les informations du Parisien qui a révélé l'affaire ce week-end. 

Tous ne sont pas impliqués dans les faits de viol

À l'issue de 48 heures de garde à vue dans les locaux du 3ème district de police judiciaire, six d'entre eux âgés de 23 à 35 ans ont été présentés lundi matin à la section des affaires militaires du parquet de Paris. Ils doivent désormais comparaître dans la journée devant un juge d'instruction "dans le cadre d'une information judiciaire qui sera ouverte des chefs de viols en réunion et non-empêchement de crime", a indiqué le parquet. Selon deux sources proches de l'enquête, tous ne sont pas impliqués dans les faits de viol, certains d'entre eux étant soupçonnés de "non-empêchement de crime". 

Une étudiante aurait eu des relations imposées avec d'autres pompiers

Dans la nuit de vendredi à samedi, un des pompiers s'était rendu vers 4 heures du matin à la caserne Plaisance, dans le 14ème arrondissement de la capitale, accompagné de cette étudiante norvégienne rencontrée lors d'une soirée arrosée dans un bar, a expliqué la source proche du dossier, précisant qu'il ne faisait pas partie des hommes présentés lundi à la justice.

Devant les enquêteurs, la jeune femme "a décrit une relation consentie avec ce pompier et ensuite des relations imposées par d'autres", a-t-on ajouté de même source. L'étudiante s'est alors enfermée dans les toilettes avant de quitter les lieux. Elle a été retrouvée, en état de choc, par une de ses amies au petit matin.