75% des Français satisfaits de la gestion de la canicule par le gouvernement

  • A
  • A
Le sondage révèle également qu'en matière de santé publique, les clivages politiques n'existent "quasiment plus".
Le sondage révèle également qu'en matière de santé publique, les clivages politiques n'existent "quasiment plus". © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :
D'après un sondage paru ce vendredi, 75% des Français se disent satisfaits de la gestion de la canicule par le gouvernement. Par ailleurs, 48% des sondés se disent inquiets pour leur santé ou celle de leurs proches. 

Les trois quarts des Français estiment que le gouvernement fait ce qu'il faut pour éviter d'éventuels décès en cette période de canicule exceptionnelle, selon un sondage Odoxa-Dentsu pour Le Figaro et France Info publié vendredi, qui montre malgré tout l'inquiétude de la population.

"Il est rare que sur un sujet d'inquiétude majeur pour les Français, un gouvernement recueille un tel niveau de satisfaction", commente le président d'Odoxa Gaël Sliman. A la question, "estimez-vous que les pouvoirs publics et notamment le ministère de la Santé agit et communique comme il le faut pour prévenir d'éventuels décès à cause de l'épisode de chaleur que nous traversons?", 75% des personnes interrogées répondent "oui beaucoup" (21%) ou "oui plutôt" (54%), et 24% "non pas vraiment" (20%) ou "non pas du tout"(4%).

Près d'un Français sur deux inquiets pour sa santé ou celle de leurs proches

Odoxa note qu'en matière de santé publique, les habituels clivages politique partisans n'existent "quasiment plus" : 61 % des sympathisants Insoumis et 65% de ceux du RN sont également satisfaits. Près d'un Français sur deux (48%) se disent d'autre part inquiets pour leur santé ou celle de leurs proches, soit 13 points de plus qu'en juillet 2015. Cette inquiétude diminue avec l'âge: ainsi, elle passe de 55% auprès des 25-34 ans et 53% auprès des 35-49 ans à 46% auprès des 50-64 ans pour baisser à seulement 43% auprès des plus de 65 ans. Des chiffres qui selon Odoxa démontrent que l'on s'inquiète surtout pour ses proches plus âgés que pour soi-même. 

Enquête réalisée par internet les 26 et 27 juin auprès d'un échantillon de 1.000 Français représentatif de la population âgée de 18 ans et plus.