VIDÉO - Quels sont les gestes de premiers secours à connaître ?

  • A
  • A
premiers secours, santé, croix-rouge 3:37
Pour la journée mondiale de la Croix-Rouge, une centaine de villes françaises proposent des formations courtes sur les premiers secours. (Photo d'illustration) © FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :
Louis-Marie Poitou, responsable de formation à la Croix-Rouge française, détaille pas à pas en vidéo les gestes de premiers secours. Des réflexes utiles à adopter en cas d'asphyxie, d'arrêt cardiaque ou encore d'hémorragie. 

À l'occasion samedi de la Journée mondiale des premiers secours, organisée par la Croix-Rouge française dans une centaine de villes, Louis-Marie Poitou, responsable de formation à la Croix-Rouge française, rappelle les gestes de premiers secours à effectuer en cas d'urgence

 

Pour y voir plus clair, Louis-Marie Poitou propose, dans cette vidéo, un "tuto" pour réaliser les gestes qui sauvent, en cas d'hémorragie, d'asphyxie ou encore d'arrêt cardiaque. Si une personne s'étouffe, par exemple, il est possible de taper dans le dos ou de faire des compressions abdominales, des gestes qui s'apprennent en quelques minutes

Suivre le rythme de Stayin' Alive

Louis-Marie Poitou donne aussi ses conseils pour bien réaliser un massage cardiaque, si une personne est inconsciente et ne respire plus. Pour appliquer un rythme de 100 compressions par minute, il suffit de suivre le rythme de Stayin' Alive, le célèbre tube des Bee Gees. 

"Si tous les témoins d'un arrêt cardiaque passaient à l'action et réalisaient les gestes de premiers secours, on pourrait sauver trois fois plus de vies : 8.000 personnes en plus chaque année", explique Louis-Marie Poitou. Selon le secouriste, il ne faut pas hésiter à prendre des initiatives. D'autant plus que "dans 9 situations d'urgence sur 10, on réalise ces gestes auprès de proches : la famille, les amis, les voisins, les collègues par exemple", souligne-t-il.

Dans tous les cas, un massage cardiaque, même mal réalisé, ne pourra pas jamais aggraver l'état de la personne. Il vaut mieux réagir, même avec maladresse qu'attendre car la situation s'aggravera inévitablement.   

 

Europe 1
Par Marie-Laure Combes, édité par T.F