Troubles du sommeil : pourquoi il faut tout faire pour éviter de prendre des somnifères

  • A
  • A
Partagez sur :
Contrairement à ce que prétendent leurs fabricants, les somnifères ne "font" pas dormir de la même manière qu'un sommeil naturel et ils peuvent même avoir des conséquences néfastes sur la santé long, voire à moyen terme. Le docteur Jimmy Mohamed, consultant santé sur Europe 1, propose des alternatives.
DÉCRYPTAGE

La crise du Covid-19 n'arrange rien : comme beaucoup de Français, peut-être rencontrez-vous des difficultés à vous endormir. Si c'est le cas, ne vous tournez pas trop vite vers les somnifères, pour deux raisons : le "sommeil" qu'ils apportent n'est pas réparateur, et les conséquences peuvent être néfastes sur la santé à moyen terme. Le docteur Jimmy Mohamed, consultant santé d'Europe 1, fait le point et vous propose des solutions alternatives.

Un sommeil destructuré par les somnifères

Une première mise au point : contrairement à ce que les fabricants de somnifères prétendent, il n'existe pas de vrai médicament capable d'induire le sommeil. Tous ces produits vont avoir un effet sédatif : vous allez avoir une forme d'anesthésie, avec un effet anti-éveil, mais vous ne dormirez pas. D'ailleurs, si vous prenez ces traitements et qu'on enregistre votre sommeil avec des appareils et des capteurs, on va s'apercevoir que ça va déstructurer votre nuit, en diminuant les stades importants qui devraient vous reposer.

Vous êtes donc anesthésié, inconscient, mais vous ne dormez pas… sans forcément vous en rendre compte. Car, après deux à trois semaines, ces traitements provoquent aussi une amnésie des troubles du sommeil. C'est à dire que non seulement vous n'allez pas dormir, mais vous allez en plus oublier que vous avez mal dormi et un cercle vicieux va s'installer.

Premier réflexe : consultez votre médecin

Cette alerte formulée, vers quelles alternatives peut-on se tourner ? La première chose à faire est de consulter votre médecin. Vous souffrez peut-être d'une pathologie du sommeil, comme l'apnée du sommeil, ou même d'une dépression, qui peut nuire à l'endormissement. Une fois ces pathologies éliminées et les excitants et les écrans limités, si l'on ne dort toujours pas bien, il est possible de prendre certains compléments alimentaires. 

Cela peut être de la mélatonine, le soir, tous les jours. Elle est bien tolérée et n'a quasiment aucun effet secondaire. Même chose avec le zinc, l'un des métaux les plus abondants dans notre organisme. D'autres solutions passent par les plantes, comme la valériane, qui peut être prise sous forme de gélules, ou encore la passiflore. 

Europe 1
Par Jimmy Mohamed