Risques pour la santé des aliments ultra-transformés : "Tout est question d'équilibre", assure le nutritionniste Boris Hansel

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité d'Europe 1, le nutritionniste Boris Hansel a confirmé les risques pour la santé d'une consommation excessive d'aliments ultra-transformés. Mais il a rappelé qu'"aucun aliment n'est interdit". 
INTERVIEW

Les consommateurs sont une nouvelle fois alertés sur les risques des aliments "ultra-transformés". Deux études européennes publiées jeudi suggèrent que l'abus de plats industriels à base de ces aliments augmente le risque cardiovasculaire et de décès. Invité d'Europe 1, le médecin nutritionniste à l’hôpital Bichat Boris Hansel a rappelé qu'il était important d'en limiter sa consommation, tout en précisant que "tout est question d'équilibre. Rien n'est interdit". 

Les aliments ultra-transformés sont des aliments "qui ont subi soit une transformation chimique et industrielle importante qui a modifié les qualités nutritionnelles de l'aliment, voire qui a entraîné la fabrication de produits toxiques, soit des aliments où on a mis des additifs pour améliorer leur texture, leur goût ou leur conservation". "Beaucoup d'aliments entrent dans cette catégorie", ajoute l'expert. 

"Il faut faire attention"

Boris Hansel confirme qu'une consommation excessive de ces aliments peut entraîner également "une augmentation du risque de cancer, de diabète, ou de mortalité prématurée", comme l'ont montré plusieurs études. "Quand on suit des gens de 5 à 7 ans, si on augmente la proportion dans leur alimentation d'aliments ultra-transformés de 10%, vous augmentez de 10 à 15% le risque d'avoir ces maladies". 

Interrogé sur la conduite à adopter face à ces risques, le nutritionniste appelle les consommateurs à limiter leur consommation : "il faut faire attention...sans toutefois les bannir", nuance-t-il. Et de préciser : "en nutrition, tout est question d'équilibre. Aucun aliment n'est interdit sauf en cas d'allergies ou de maladies spéciales". "Au quotidien, l'essentiel de ce qu'on mange doit être des produits bruts", poursuit Boris Hansel. "Les aliments ultra-transformés, c'est soit quand on en a besoin, qu'on ne peut pas faire autrement, soit pour le plaisir, et on a le droit de se faire plaisir". 

"Il y a des nitrites ajoutées dans la charcuterie"

En revanche, Boris Hansel rappelle que les produits ultra-transformés ne se trouvent pas qu'en grande surface, mais peuvent également être des aliments de "fabrication artisanale". "La charcuterie, que vous l'achetiez au supermarché ou chez le charcutier, il y a des nitrites qui ont été ajoutées", explique le médecin. 

Pour aider les consommateurs à faire le tri dans leur panier de courses au supermarché, Boris Hansel, note que "les produits surgelés sont souvent de meilleur qualité". Il appelle également à consommer des plats cuisinés "où la quantité de protéines dépasse la quantité de lipides". Troisième conseil : "prendre des aliments qui contiennent moins de 20% de glucides". Enfin, il est conseillé de choisir des produits moins salés, avec moins de 0,5 gramme de sel pour 100 grammes. 

Europe 1
Par Antoine Terrel