Doctolib se lance dans la téléconsultation médicale

, modifié à
  • A
  • A
Ce nouveau service, qui s'intégrera à la plateforme existante de Doctolib, va être d'abord testé auprès de 500 praticiens partenaires.
Ce nouveau service, qui s'intégrera à la plateforme existante de Doctolib, va être d'abord testé auprès de 500 praticiens partenaires. © Capture d'écran
Partagez sur :
La téléconsultation, remboursée par l'assurance maladie depuis le 15 septembre, est un "prolongement naturel" de Doctolib, a expliqué la société dans un communiqué publié jeudi.

Le géant de la prise de rendez-vous médical en ligne Doctolib a officialisé jeudi son entrée prochaine sur le marché de la téléconsultation en France. Cet acte médical remboursé par l'assurance maladie depuis le 15 septembre est appelé à se développer.

"Prolongement naturel". La téléconsultation est un "prolongement naturel" de Doctolib, explique le groupe dans un communiqué. Car il propose déjà à 60.000 professionnels de santé en France ses services de prises de rendez-vous médicaux sur internet et revendique 20 millions de visites de patients par mois sur ses plateformes présentes en France et en Allemagne.

Test avec 500 médecins avant une généralisation. Ce nouveau service, qui s'intégrera à la plateforme existante de Doctolib, va être d'abord testé auprès de 500 praticiens partenaires, avant de devenir accessible à tous les professionnels de santé utilisateurs de ses services à partir du 1er janvier 2019.

Doctolib assure que son service respectera les principes définis par l'assurance maladie pour être remboursé : des téléconsultations par visioconférence, qui ne pourront être proposées par les médecins qu'à leurs patients déjà connus, sauf exceptions, et qui devront passer par leur médecin traitant.

500.000 actes de téléconsultation en 2019 ? De nombreux autres acteurs privés cherchent à conquérir ce marché naissant, qui dépendra beaucoup de l'adhésion des médecins et des patients, mais aussi de la levée de certaines barrières technologiques comme l'interopérabilité des différents systèmes et la qualité des infrastructures numériques sur tout le territoire. Dans ses prévisions budgétaires 2018, le gouvernement avait tablé sur 500.000 actes de téléconsultation en 2019, 1 million en 2020 puis 1,3 million en 2021.